Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 23:34

C'est après une vingtaine de minutes  d'arrêt à Artigues que je repars pour le col du Sencours et le Pic du midi que j'espère pouvoir escalader.

 

                                       297

 

Durant cette montée  au dénivelé positif de 1200m la chaleur accablante fait déja des dégâts.

 

Plusieurs coureurs sont assis par ci par là , l'air abattus, cherchant à retrouver des forces.

il chauffe l'animal et en plus pas un souffle de vent contrairement à ce matin.

 

Au loin le Pic du Midi est en ligne de mire enfin presque, car il apparait ou disparait régulièrement au grès des masses nuageuses.

 

                                                                 313

 

 

Mes cuisses me font mal et je regrette d'avoir lâcher les chevaux dans la descente d'Artigues, cela me perturbe tant que j'en oublie de boire régulièrement d'ou des baisses de régimes réguliers. 

 

Surprise au col du Sencours Murielle et Juliette sont là, elles ont fait des KM à pieds pour nous rejoindre, pendant que je recharge mes réserves, J'aperçois Jacques qui lui a fini la boucle Pic du Midi.

 

                                                                  353

 

                                                                                                    

        324                                               332

Quelques mots et je repars pour l'ascension de l'olympe, la première partie facile, un chemin large , 300 derniers mètres rudes pour enfin arrivée au sommet à 2876 mètres dans les nuages bien sûrs.

 

        339                                                343           

 

Ensuite direction Hautacam ou là j'arriverai à la tombé de la nuit une demi heure avant la barrière horaire.

 

Villelongue notre première base vie ,sera atteinte une heure avant la clôture, la pression monte

plusieurs concurrents parlent d'abandon ,pas assez de temps pour se reposer.

                                                        368

C'est à vitesse grand V que je  me restaure ,me lavouille,  fait un bisou à Murielle avant

de partir  en compagnie d'un passionné d'astronomie qui dans la montée du

Turons de Bène  m expliquera les divers groupes d'étoiles.

 Te reconnais tu ? compagnon de galère !

  

 Nous croisons plusieurs gars qui abandonnent et redescendent , comment vont-ils faire puisque le serre file débalise en même temps?

 

C'est dans la nuit noir et la froid que je rejoint la tente du Turon des Bène, les coureurs

sont collés les uns aux autres avec une soupe chaude et les couvertures

 

Pas le temps de s'éterniser il faut repartir pour affronter le Cabalieros(ou Caliméro)

et surtout arriver à Cauteret.

 

Là j'avais froid et seul le levée du jour dans un brouillard épais me revigore,

descendant vers Cauteret nous croisons un montagnard qui nous informe sur

le temps restant pour atteindre la ville  située dans la vallée.

 

1 h 30 nous dit -il, un rapide coup d'oeil ,sur la montre , nous prenons conscience que

nous serons hors délai.

 

SAUF:

 

Si l'on coure, je n'imaginais pas pouvoir le faire et pourtant c'est d'une foulée lourde que

je me propulse ,retenant mes gémissements de douleurs , cela descend raide, 

mes cuisses protestent. Pourtant une seule pensée ,tout donner et je n'aurai aucun regret.

 

Nous arrivons à 8h12 devant La Mairie de Cauteret ,nous apercevons des bénévoles

sur le parvis  en plein rangement, nous pensons alors avoir dépassé le délai.

Eh non !!!12 minutes c'est le temps qu'il nous reste avant de repartir.

 

Là je rencontre Denis ,serre file le l'année derniere, il fera le tronçon jusqu'à LUZ.

 

La montée du Col de Riou sera mon chemin de croix, je paie l'effort fait pour arriver au

contrôle précédent, je suis dernier.

 

j'arrive à la station Aulian avec toujours cette avance de 12 minutes.

 

La descente vers LUZ sera de plus en plus difficile malgré ce tapis d'herbes épaisses

sur lequel je marche, heureusement le temps est sec ,ce tracé sauvage aurait été

impraticable.

 

Les cinq cents derniers mètres  je les ferais en marche arrière, mes jambes refusent 

le sens normal.

 

                                                  375

 

Cela fait rire mes serres files qui m'encouragent .

 

Un moment d'énervement me submerge quand Murielle me presse vivement , elle voulait absolument que j'arrive dans les temps et que le choix de l'abandon m'appartienne.

 

Pression réussie car je pointe à 7 mn de la barrière.

 

J'avale coca, saucissons, bananes, un Kiné m'asperge les muscles de froid en bombe et hop! direction Tournaboup.

 

L'objectif encore une fois est de passer la barrière horaire, mais je sens bien

que mon régime est en baisse ,seul la motivation est intacte.

 

Je me traine et ne me rend pas compte que je ne m'alimente plus donc pas

de carburant pas de jus.

 

Murielle et Juliette viennent au devant de moi et me donne des indications précieuses sur

le Pc qui est plus loin que l'an passé.

 

J'arrive encore à temps avec une marge phénoménale de dix minutes, une rencontre

me fait énormément plaisir revoir Alain le serre file de l'année dernière qui àvait fini

avec moi.

 

                       397       402

 

Je prend la décision de poursuivre l'aventure près à affronter Barrége et c'est à 

la tombée de la nuit que je repars.

 

          408.JPG                             409                   

Rapidement je perd la notion du temps et surtout des reliefs, il fait bon, trop bon ,doucement j'entre dans une torpeur qui me brouille ma vue , je lutte et  rien à faire je dors debout.

 

c'est sans regret que je m'assois et dépose les armes aux pieds de cette belle

montagne. les serres files contactent l'organisation pour annoncé mon abandon,

mais personne pour venir me chercher.

  

De mon coté j'informe ma petite femme qui est plus déçue que moi, je lui demande de venir me rechercher au dernier CP

 

Des campeurs croisés plus bas, auront la gentillesse de me rammener à la tente de Tournaboup.

 

Il me dépose devant la grande tente blanche de l'organisation, il fait froid , je pénètre à l'intérieure en claquant des dents.

 

Là la caverne d'Ali Baba  Coca, Bananes etc.. une seul idée trouver un endroit pour dormir.

je finis par trouver un grand carton couvercle de la palette de COCA , un sac poubelle pour y mettre mes jambes ,puis ainsi enroulé je m'endors jusqu'a l'arrivée de mon équipe de secours

MUMU et JUJU.

Elles me découvrent  transit de froid , hébété, bien surs je me suis fait rouspéter.

Imaginez j'avais oublié d'utiliser ma couverture de survie encore bien emballée dans mon sac.

 

L'épuisement fait perdre les notions les plus élémentaires de réflexion.

 

Donc pour résumer  abandon au 133 ième Km sur 160 après 39H19mn.

Pas de regret  , je suis allé jusqu'au bout des mes forces, il sera toujours temps de faire l'analyse de la course et pourquoi pas trouver une ou deux petites excuses IOI.

 

Je remercie tous les bénévoles qui comme à leur habitude ont su insuffler la bonne

humeur et n'ont pas économisé leurs encouragements.

 

Merci à l'organisation qui nous a balisé un parcours sans accroc, à Pépé et Michel

pour leur énergie. 

 

Bravo à tous les finishers et tous ceux ou celles qui ont tenté l'épreuve.

 

Merci à la Météo qui nous a épargné.

 

Maintenant la vidéo "bon film" 

 

 

a


ARTIGUES et Jusqu'au bout de mes forces 1
envoyé par millepattes77. - 

 

 

 

 


ARTIGUES et Jusqu'au bout de mes forces 2
envoyé par millepattes77. - .

Partager cet article

Repost 0

commentaires

M bonnet 02/03/2011 09:12


Je me retrouve dans les deux vidéos 15 ans en arrière lorsque la tête prend le dessus sur les muscles.(Millau Belves)Bravo à vous....
peut être que cette année on se verra sur le parcours pour ma part se sera pour prendre des photos....

Bon vent à vous


alexandre 15/10/2010 08:45


super article, on croit sentir la difficulté au travers de tes mots, il est vrai qu'on est sûrement plus déçu que toi car on sait que tu peux y arriver.. mais c'est sur on y était pas et c'est bien
là que ca reste le plus dur.
Merci pour tes articles et à bientôt.


millepattes77 16/10/2010 12:02



c'est vrai il manquait pas grand chose, mais peut être avais je encore dans les millepattes la fatigue du MDS d'avril, mais pas de regret car je suis allé au bout de mes forces,


amitié


pierre



Présentation

  • : Le blog de millepattes77
  • Le blog de millepattes77
  • : N'est il pas meilleure façon de découvrir le monde que de le parcourir à pieds. N'est il pas meilleur moyen de se connaître que de puisez dans ses limites.
  • Contact

Visites

 
free counters



Un petit message ou un commentaire me recompenserait du plaisir que j'ai de vous faire partager mes aventures

 

Recherche

Pages