Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 22:04

Ce matin, effervescence sur le camp dès les premières lueurs de l'aube, en effet

aujourd'hui  le départ de l'épreuve non stop de 82km est avancé à 8H00 au lieu

de 9H habituellement.

 

Nous allons pour la majeure partie des concurrents passer la nuit dans les dunes,

alors là chacun y va de sa stratégie.

 

Pour moi se sera non stop étant donné ma résistance au sommeil largement éprouvée

sur mes derniers grands raids.

 

Seulement il y a un paramètre qui pourrait faire changer la donne, l'Ampoule plantaire.

Comment va t'elle évoluer?

 

Donc après s'être fait viré de la tente par les déménageurs locaux, un petit dèj rapide,

Nous nous dirigeons d'un pas allègre (boitant) vers la ligne de départ.

 

          110

 

 

                              115 - Copie

 

             167

  

Un départ en musique comme à chaque fois nous met le coeur à l'ouvrage et il me

faut quelques centaines de mètres pour gérer et supporter le mal aux pieds. 

 

1er Partie du parcours

 

 

  MDS-etape-4a.jpg

 

 

Comme le montre le schéma jusqu'au CP1 tous droit et caillouteux ensuite dès

le départ de ce dernier du sable, ce que j'appréhendais dans ma préparation

d'avant course va s'avérer être un paradis pour mes petons, là les appuis sont

presque supportables.

 

La chaleur sur ce tronçon s'élève très vite et je bois plus fréquemment, contrairement aux précédents CP des autres épreuves celui ci est masqué par une barrière rocheuse ce qui ne permet pas de le localiser et  je commence émettre des doutes sur ma réserves d'eau.

 

Je suis inquiet, il ne me reste que 300ml de boisson énergétique, plus d'eau nature, je commence à ressentir un léger malaise.

Est ce la saturation en saveur sucrée, ou un début d'hypoglycémie?

Et toujours pas ce CP en vue, j'espace légèrement mes absorptions de liquide mais la sensation de pas bien augmente sérieusement.

Enfin le voila, Waouh, impressionnant sous les tentes des gars perfusés et d'autres blafards.J'y aperçois Slim,

Il est allongé sur le coté, il récupère, ouf je suis soulagé il va reprendre la course.

Quand à moi, je décide de poser le sac et de me réhydrater lentement à l'ombre du bivouac.

Au bout de trois quart d'heure, je repars en bonne forme et plus aucune sensation de nausées, reste toujours un redémarrage très difficile, les pieds souffrent

 

2 ème Partie du parcours.

 

 MDS étape 4b-copie-1

 

Le départ du CP2 nous fait traverser un lac asséché de 4km, là la température commence à baisser l'après midi est bien avancé.

 

L'accès au CP3 nous fera passé au travers d'une gorge verdoyante ou un village est implanté, ensuite cailloux, cailloux et encore cailloux et bien-sur cela n'arrange pas les pieds.

 

CP3, je décide de casser la croute, allez un petit Taboulé orientale.

Je coupe une bouteille d'eau, y jette mes180gr de semoule lyophilisé et un peu d'eau.

Attente 15mn et c'est assis en tailleur que je déguste ma préparation culinaire.

Quelques mots échangés(en français)  avec une concurrente anglaise qui souffre

d'une belle allergie aux jambes dû au soleil et déjà je repars.

 

La nuit commence à tomber  sur le chemin du CP4 ou un second plat (purée/jambon) sera consommé froid.

J'ai trop mal au pied pour prendre le temps de faire chauffer la gamelle.

Du CP4 au CP5 alternance de dunes et terrain caillouteux, encore une fois le choix de la lampe frontale est un échec pourtant j'y ai mis le prix.

 

Lumière diffuse et manque de discernement des reliefs, d'ou plusieurs gadins sans gravité. 

 

En chemin, j'aborde Albert et je rencontre là un personnage étonnant, il a 67 ans et effectue son 6 ème MDS.

L'on retrace l'un et l'autre nos expériences tous en faisant un bout de chemin ensemble.

 

Vous ne lui direz pas, je profitais aussi de l'éclairage de sa lampe frontale.

 

3ème Partie du parcours.

 

MDS-etape-4c.jpg

 

CP5 à CP6 de la dune à GOGO, là toujours avec Albert nous traçons notre chemin  facilité par le rayon laser de couleur Vert qui situe le dernier contrôle.

Impressionnant quand l'on sait qu'il a une portée supérieur à 15km.

Un seul objectif la base de ce rayon qui devait signifier le ravitaillement en eau.

 

Une anecdote:

Tous en marchant côte à côte avec Albert, je suis percuté par un coureur qui me dépasse,

surpris et interloqué je pouffe de rire car le désert est grand et il avait quand même la place.

 

Je suis rattrapé par Sébastien ayant pris un peu de repos aux relais précédents, Albert me persuade de suivre mon coéquipier de tente et nous arrivons ensemble au CP6.

 

C'est décidé je vais faire une sieste d'une heure, je préviens une doc pour le réveil et je pars m'allonger sous une toile.

Sébastien fais quelques étirements et repart très vite, pour moi je suis torturé entre le choix d'enlever ou pas mes chaussures, Je sens mon coeur battre à l'intérieur et je déguste.

Finalement par crainte de ne plus pouvoir les remettre je renonce.

 

Impossible de m'assoupir tant la douleur est vive et en plus un vent glacé c'est levé, donc à peine 45 mn de pose avant de repartir en boitant de plus en plus.

 

La fin du parcours sera looooooongue et c'est au levée du jour en 21h43mn que je franchis la ligne.

 

Un passage à la tente ou je retrouve Sébastien, je reprend le chemin de la clinique pour soigner mon ampoule.

Il y a foule, une heure d'attente malgré les multiples postes de soins.

 

Je tire mon chapeau aux bénévoles chargé de réguler ce flux de blesser avec certains grincheux ou mal léché.

 

Pour moi attendre les soins étaient signe de soulagement, enlever la chaussure de gauche m'a pris 5 bonnes minutes car tout était collé à l'intérieur ensuite grand lavage à la Bétadine et mise en sac des pieds.

je suis accueilli par un gars très sympa qui ne peut que constater les dégâts, il va faire de son mieux.

C'est donc avec de beaux pansements que je quitte la tente des DOC.

Et là commence l'enfer je j'arrive plus à poser le pied au sol, j'avance 20cm par 20cm quand je ne perd pas mes patins.

Ma couchette est quand même à + de 200m, je fait dix pas j'arrête deux minutes ainsi de suite Galère.

Une chose un peu rassurante, celui qui me suit ne me rattrape pas et celui devant est arrêté.

Le film de ce récit 

 

 

je passerais le restant de la journée couché impossible de me lever, l'inquiétude gagne pour demain les 42km à faire.

 

Seul la satisfaction de voir arriver les collègues de chambrée dans les temps et pas d'abandon SUPER.

  

Vous êtes nombreux à visiter le blog, votre avis m'intérresse, merci de déposer un petit commentaire.                                                                                                                                              

                                                                                                                         

                                                                                                                             webmaster fleches020bICI.                                       

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Jean Noel 17/05/2010 20:22


Vraiment merci pour tous ces belles videos que de beaux souvenirs
Jean Noel dossard 162


millepattes77 17/05/2010 23:05



Merci de ta visite sur mon blog et heureux que les vidéos te rappellent ces moments exceptionnels que nous avons vécu


merci


pierre



cyaume 08/05/2010 22:39


Il est clair que je ne me connais pas face à une douleur telle que cela en course; j'y ai pour l'instant échappé. Chapeau pierre


xavier 08/05/2010 15:15


Ou nous avons à faire à un "fou" ou vraiment à un Surhomme,car là, Pierre tu fais fort:comme dirait quelqu'un que je connais bien,tu vérouilles sec car des blessures comme ça ,il faut avoir une
sacré volonté pour gérer.
Grosse pensée vers toi et courage car si tu vas au bout ,plus rien ne te résisteras dans l'avenir.

Xavier.


millepattes77 08/05/2010 19:17



Fou certainement, mais sans folie la vie mérite t- elle d'être vécue.


merci pour tous


pierre



cyaume 08/05/2010 12:23


Chochotte!
C'est bizarre mais il n'y a plus d'image à partir du CP3! panne de batterie ou concentration maxi sur la course???


millepattes77 08/05/2010 19:15



Eh oui pas aussi veinard que toi qui à échappé à l'élevage d'ampoules.


après le CP3 la nuit tombait et je n'ai pas testé la caméra dans ces conditions, la concentration aussi pour gérer la douleur à chaque pas, m'a fait aussi loupé des choses.


enfin ces moments rendent plus fort



Présentation

  • : Le blog de millepattes77
  • Le blog de millepattes77
  • : N'est il pas meilleure façon de découvrir le monde que de le parcourir à pieds. N'est il pas meilleur moyen de se connaître que de puisez dans ses limites.
  • Contact

Visites

 
free counters



Un petit message ou un commentaire me recompenserait du plaisir que j'ai de vous faire partager mes aventures

 

Recherche

Pages