Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 12:30

Artigues  – Col de Sencours (km 37 )
Altitude 2378m
Distance 7 km
Difficulté
1330 m D+

Je croyais que ce ravitaillement d’ Artigues m'avait  requinqué et là  regret de constater
que malgré une pente longue et régulière sans difficulté particulière je me traine.
J’essaie à plusieurs reprises de suivre le train de ceux qui me double mais en vain.


Un seul petit réconfort je ne me laisse pas trop distancer

Au détour d'un amas de roches, je m'arrête surpris de voir quelques moutons de couleur bleu, des moutons schtroumf comme on se plaisait à dires.


Je vous assure  de suite je ne mets rien de prohibé dans ma gourde.
Plus tard j'apprendrai que chaque propriétaire marque leurs bêtes de cette façon.








Cette côte me semblera interminable jusqu'au sommet ou j'arrive à 14h09 à la
432 ième place après 9h00 de course.
Ici quelques coureurs sont allongés au poste médical, peut être les premiers abandons
Mon arrêt sera vraiment de courte durée car je sens que je perds du temps alors que mon prochain objectif sera dans 14 km avec un parcours de montagnes russes.

Col de Sencours - Hautacam (54.8km)

Distance 18 km
Difficulté 4 petits cols

Dès le départ la descente est raide sur des chemins caillouteux instables ma cheville
que j'avais oublié se réveille donc la prudence revient sur chaque appui manquant
malgré cela à plusieurs reprises la chute.

Ensuite je trouve le chemin plus facile avec une succession de petits cols, j'ai la forme
et le morale

Le temps avait l'air de se lever mais cela ne dure pas, très vite le plafond nuageux nous recouvre, le vent et de fines gouttelettes tombent.

C'est dans ces mauvaises conditions que j'aborde avec un groupe se qui sera
pour moi le passage le plus dangereux du parcours.

Une descente abrupte en forme de couloir sur des rochers rendus glissants par
la pluie, seule planche de salue un câble en acier  auquel nous nous agrippons
avec amour.

Autour de nous le vent souffle fort et le brouillard est épais, il me semble que
le précipice nous tend les bras.
Une entraide entre coureur opère à ce moment.

S'ensuit de la plaine verdoyante avec de l'eau partout, torrent, petit lac enfin presque 
partout sauf dans mon camelbag.
Je suis à sec, la cause est simple au col du Sencours un gentil bénévole a rempli ma gourde sans sortir la poche qui était en partie comprimée par mon vêtement chaud donc remplissage partiel. Je ne lui en veux pas nous sommes responsable de notre logistique.

Donc à partir de ce moment l'eau devient une obsession omniprésente sur tout que cette eau vive et translucide du torrent qui m'entoure est polluée par les excréments d'animaux.
Je marche, je marche et il me prend même de tirer la langue pour capter la pluie
(un vrai KOH-LANTA)

Deux coureurs me dépassent et l'un me donne une gorgée de boisson qui calme m'a soif que quelques instants.

Je ne boirai à sasièté que deux heures plus tard.


Simultanément sous l'effet combinés de la brume, de la fatigue et la soif  le premier 
mirage de ma vie, en approchant d’un groupe de 3 chevaux, l'un était en avant plan et
surélevé ce lui donnait une impression de gigantisme, je me revoie entrain d'imaginer
la façon de monter sur ce cheval de Troie Pyrénéen, il reprit progressivement sa taille
normale en rejoignant ces semblables.

Effet impressionnant je vous l’assure.

 
Promis prochain poste je change de produit LOL.


Enfin Hautacam  toujours sous la grisaille et la pluie, pointé à 18h48 à la 413 ième
place après 13h03mn de course.

 je saute sur une bouteille et en absorbe la moitié d'une seul traite, un petit café
et je fais le plein de mon réservoir moi même.

Il fait froid, je décide donc de prendre rapidement la direction de la première base vie 
Villelongue.

Hautacam - Villelongue (65km)

Distance 10km
Difficulté 1200 D-

Dés le départ hop sur le cul, la descente est sur l'herbe et la pente importante,
heureusement le chemin devient rapidement  plus praticable en pente plus douce
mais une multitude de passages boueux ruinent mes chaussures.

Je bataille aussi le droit de passage avec quelques chevaux qui décident de
rester plantés là au beau milieu et craint la ruade en passant derrière eux.

Une dernière glissage arrière sur un moment d'inattention et me voici avec le poignet
gauche en vrac,  la vive douleur me fait craindre le pire quelques instants.
Heureusement pas de séquelles.   

Sur la fin du parcours je rattrape un petit groupe de coureurs sympa avec qui je finirais cool  tout en discutant.

Arrivée à Villelongue à 20h38 à la 400 ième place après 15 h32 de course.

Ici je récupère mon premier sac d'assistance, retrouve Murielle et Juliette qui me guide vers une table au fond du chapiteau.



Première action me laver les pieds et rincer mes chaussures, cela se passe en dehors de la tente sous la pluie au dessus d'un simple bac avec un tuyau d'arrosage.

Pas facile de s'essuyer sous la pluie et encore une fois je m'en veux d'avoir oublié
une paire de tong, je dois donc remettre mes chaussures pour faire le chemin du retour.
J'enfile un maillot, des chaussettes propres un vrai bonheur, ensuite restauration avec pâtes ,jambon etc... et café.

Ps pour l'organisation:

Merci de muter en Sibérie le cuisinier chargé de la cuisson des pâtes,
Elles étaient juste aldenté et très collantes   LOL.

Quelques minutes après mon arrivée l'info court que la course est arrêtée pour cause
de mauvais temps et de concurrents en difficultés soit par hypothermie ou égarés dans le brouillard. 

Elle n'est finalement que suspendue et une longue attente sous la tente commence pour les participants. 

J'en profite pour me faire masser les pieds qui sont en bon état comparé à la même distance sur la Diagonale des fous de l’année dernière.

Une heure passe et l'info d'un possible départ sous conditions médicales est annoncée, je
me présente donc au médecin chef qui constate mon bon état de fraicheur et qui me renseigne sur les conditions difficiles que je vais rencontrer, avec une dernière possibilité d'abandon à mi- chemin à l'étape Turons de Bènes.

AH j'oubliai, je ne dois pas partir seul, donc je retourne sous la tente trouver un coéquipier et là déception tous ceux qui restent abandonnent.

Par la suite j'apprendrai que 56 auront abandonné à cette étape et surtout que d'âpres discussions  avaient eu lieu entre coureurs et l'organisation afin que personne ne reparte.
 

(Au nom de ceux qui sont repartis, je remercie l'organisation de nous avoir laissé vivre  notre rêve jusqu'au bout)


Je suis seul et ne peut partir, il est 22h10 environ.

L'organisation me propose de partir avec le serre file, mais avec l'incertitude d'arriver le lendemain à Cauterets avant la barrière horaire de 8 h00.

Je croise le regard de Murielle et je peux lire sur son visage son inquiétude, un sourire,
un mot,  j'essaie de la rassurer car pas question pour moi de jeter l'éponge avec ces 6 mois d'entrainement.

J’avoue aussi que le malheureux évènement du Mercantour avec le décès de 3 compétiteurs m'ai revenu à l'esprit.

22H25 coup de théâtre Lionel un coureur qui se reposait au centre médical se propose de partir avec moi et surtout avant le serre file, nous informons l'organisation de notre volonté de partir et de tenter l'arrivée à Cauterets avant la fermeture du poste.

Il est 22h29, Nous partons avec seulement 30 minutes d'avance sur la barrière horaire.
Nous savons avec Lionel qu'il ne faudra rien lâcher et que notre élimination au prochain
relais est sur le fil du rasoir.

Cela fait 24 heures que je ne dors pas et je n’en ressens pas le besoin.. 

Le film de ce récit


Prochaine destination et article

Villelongue  - Cauterets (Km 91,4)

Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 12:00
Villelongues - Cauterets (km 91.4)
Distance: 26Km
Difficulté :
Col De Cabaliros  alt 2334m et ses 1900m de D+

22h29, nous prenons le chemin ensemble avec Lionel et pendant la traversée
de Villelongue nous faisons plus amples connaissances.

Nous envisageons divers stratégies, mais surtout de veiller l'un sur l'autre pour notre sécurité.
Le début de l'ascension est raide et je monte rapidement en température, je suis trop couvert.

Plusieurs arrêt seront nécessaire pour trouver le bon compromis vestimentaire au regard
du temps qui évolue plus on monte.

Je ne ressens pas trop le froid seule cette pluie fine me gêne, j'ai devant les yeux
un kaléidoscope de points blancs, elle perturbe mon faisceau lumineux et rend
les reliefs diffus.

Je ne suis pas rapide et je pense que je freine Lionel qui régulièrement s'arrête.
Le périple sera long, glissant et l'espoir revient quand à l'horizon des halos de lumière 
nous font imaginer une route avec des véhicules circulants, suivi de trois ou
quatre points lumineux qui s'agitent comme pour nous guider.
Encore un effort et c'est sous les félicitations que nous sommes accueillis, aussitôt
dirigés vers un petit chalet en bois ici à l'abri du vent règne une ambiance chaleureuse.

Plusieurs concurrents sont encore là et se restaurent en silence.
Nous apprenons que le poste ferme à 2h00 soit dans 30 mn, un bénévole se propose
de remplir ma gourde pendant que nous nous réchauffons devant un café chaud.

Encore un grand merci à ces bénévoles qui font de leur mieux pour être à nos petits soins.
Deux espagnols abandonnent, mais se pose un problème de véhicule de rapatriement qui finalement ce réglera.
Un groupe de concurrents part et nous leur emboitons le pas quelques minutes après,
le temps presse.

Au début du parcours nous suivons des pylônes et rattrapons le groupe parti avant
nous, ils semblent hésiter et finalement repartent en arrière.

Notre timing est si serré que nous décidons de poursuivre, le balisage est super éfficace
et nous permet d'avancer rapidement dans un terrain de transition avec aucune difficulté excepté le sol glissant.

Puis le mur, les balises montent droite dans la pente, il pleut toujours et le brouillard est omniprésent. Impossible de visualiser le sommet.
La grimpée sera longue et je m'arrête souvent quelques secondes le temps de trois profondes inspirations.

Après un temps interminable la force du vent est graduellement plus forte ce qui nous fait imaginer que nous accédons au col, ce qui se réalisera un bon quart d'heure plus tard.

Deux personnes y sont postées emmitouflées dans une couverture de survie, ils  nous pointent et surtout nous indiquent le chemin de la descente.

Les 1400 mètres de dénivelé négatif sont avalés avec prudence dans les flaques de
boue et surtout sur des rochers glissants, je n'ose demander à ce moment à Lionel
l'heure tellement je suis persuadé que notre rythme de progression est ralenti par
les difficultés et que Cauterets sera notre dernier but.

Et pourtant nous avons gagné trente minutes il est 6h52 je suis 356 ième après 25h46 
de course.

Une salle de la Mairie nous accueille , rapidement les bénévoles nous bichonnent.
Lionel réussit à s'allonger 30 minutes pendant que je prépare mon équipement et que
je discute avec un couple rencontré en 2007 sur le
Trail de la Muraille de Chine 

Il est 7h30 nous disons au revoir à tous ce petit monde, Pépé et Michel nous exhortent
à tenir le coup, ils nous donnent RDV à l'arrivée.

Cauterets - Luz st Sauveur (km 111)

Direction Col de RIOU altitude 1945m avec ses 1020m de dénivelé positif.
Au départ de l'ascension, mes essais pour contacter par téléphone  Murielle me font décrocher Lionel, je ne le rattraperai plus.

Maintenant je suis seul dans cette montée longue et verdoyante, un arrêt parking Bederet
ou reste trois bénévoles.
Les pauvres depuis combien de temps sont ils là à attendre les derniers.

Un petit carré de chocolat et hop direction LUZ, ce chemin se terminera par plusieurs kilomètres sur le bitume et l'arrivée au grand hall des sports bien vide de concurrents.

Murielle m'y attendainsi que plusieurs bénevoles qui viennent au devant de moi pour me proposer une boisson chaude ou autres ravitaillements.

Je décide de me faire masser et si possible de dormir 30mn sur les beaux lits de camps bleus alignés.

Le massage est douloureux mais cet instand ou l'on s'occupe de moi est agréable.
Sitôt fini je me jette dans le lit de camps à coté de la table de massage et me couvre.

Sitôt allongé des impatiences fourmillent mes cuisses conséquences du massage.

Donc record du monde battu moins de 5 mn allongé, direction la douche FROIDE ou Plutôt GLACÉE et encore un regret sur les tongs.

Je décide de repartir mais demande avant à (Laurent) celui qui deviendra plus tard 
mon frère de galère si il veut que l'on reparte ensemble.

Dans sa réponse, je ressens qu'il ne veut pas me retarder,  je n'insiste pas.
Un dernier bisou à Murielle et c'est sous les encouragements de Michel que
je reprends la route.

Reste juste un marathon en distance et déjà il est 15 h03 et je n'ai toujours pas trouvé
le sommeil depuis +de 35H

Le film du récit

Prochaine  article Le rendez vous TOURNABOUP à 22km


                     
Repost 0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 11:00

Luz st Sauveur - Tournaboup (Km 123)

Distance 12km
difficultés: dénivelé + 800m.

C'est reparti avec une petite trentaine de minutes d'avance sur la barrière horaire, curieusement je suis euphorique et le moral est au beau fixe.

Cela ne durera pas longtemps car dès le premier kilomètre, j'ai l'impression d'être
déjà passé par ce chemin, je ralenti de plus en plus car le doute m'envahi.

De plus je vois en contre bas le dernier concurrent (Laurent) qui est sur le même tracé,
ne me suis t'il pas par errreur ?

Soudain j'aperçois derrière lui deux gars qui remontent vitesse grand Vé en récupérant
les balises.
Se sont les serres files débaliseurs.

N'étant pas un spécialiste des courses j'étais convaincu que si les serres files vous dépassaient t la course était finie, donc me voici partant en courant de trouille d'être
repris et en côte de plus.

Je reprend un peu de distance, mais certainement lié à la fatigue je suis de plus en plus persuadé d'être déjà passé par là.

Je décide donc de téléphoner au PC course et explique à mon interlocuteur
mes craintes sur mon erreur de chemin.

Sa première question me fait rire '' Vous êtes ou ?''

Facile pour un Francilien qui visite pour la première fois cette belle région de se situer
ensuite quand je lui dit que j'ai en vue les serre files il me dit carrément de les attendre afin qu'eux me renseignent.

Quel dilemme ,moi qui essaie justement de mettre de la distance entre nous.

Finalement, j'attends le groupe et il me rassure sur deux points.

Que je suis sur la bonne route et qu'ils ne sont là  que pour assurer la sécurité des derniers non pour les éliminer.

OUF,nous reprennons le chemin en faisant plus amples connaissances avec Laurent, de bonnes discussions avec les serres files nous changent les idées.



GRP 2009 Luz st Sauveur -Tournaboup
envoyé par millepattes77. -

Nous arrivons à Tournaboup à 18h30, surprise Murielle est là avec Julliette,
j'ai droit à un bon massage de pieds et une délicieuse gauffre.


GRP 2009 Poste de Tournaboup
envoyé par millepattes77. -

C'est à trois que nous attaquons notre dernier effort et pas des moindres le col de Barège ainsi que  le Col de Portet tous deux à plus de 2200m d'altidude.

Notre nouveau serre file Alain est une coureur des montagnes aussi, l'on sent très vite que nous serons en sécurité et qu'il a une bonne connaissance de la région.


En direction de notre premier col nous traversons des ilots de verdures type golf ou billard claisemés de rochers blancs avec de petits torrents et leurs rives de sables fins ou l'on peux voir des truites fuirent à notre approche .

Quelques arrêts avec pose abricots secs fournis par Alain nous font du bien.
Nous rentrons dans la nuit avec pour seul repère ces fameuses balises et un ciel étoilé merveilleux comme seul on peux en voir en altitude.

La montée  vers Barèges me semblera sans fin avec sans cesse de nouveaux point lumineux(les balises)  dans le halo de nos lampes.

Depuis quelques temps Alain est devant nous et décrochent comme un beau diable soit les piquets soit les banderoles.
Son sac est surchargé, il réorganise sans cesse son principe d'arrimage, vue de notre place il ressemble à un gros papillons  lumineux rouge zébré de blanc.

La descente vers le lac de l'Oule est difficile et demande toute notre attention, nous perdons du temps, j'espère tellement voir ce lac qu'il me semble parfois voir des grandes étendues d'eau noir avec des bloc de rochers emmergeants.

Nous croisons un camp de joyeux lurons  qui auraient bien voulu que l'on trinque avec eux, dommage nous devons poursuivre la route.

Enfin le poste à 1h05 du matin ou nous attentent patiemment les derniers bénévoles, merci encore pour votre chaleur et vos encouragements.

Nous faisons une halte super rapide puis repartons au pas de charge  vers notre prochaine difficulté les 400m de dénivelé positif du col du Portet.

En chemin mon téléphone sonne, c'est Alexian mon fils qui me signale que je dois bouger
mes fesses car sur le suivi en live nous sommes en orange signifiant le risque
d'élimination à notre prochain contrôle.

Notre heure estimée d'arrivée au sommet  est  3h56 pour 4 h00 la barrière horaire.

J'informe Laurent, nous décidons de mettre toutes nos forces dans cette dernière ascension
c'est donc cote à cote et en rythme que nous avons attaqué la pente abrupte du départ.

Nous n'avons rien laché jusqu'au sommet ou nous arrivons à 2h26, nous sommes fière d'avoir mis 1h20 et surtout de cette entraide mutuelle.

Cela fait 47 h00 que je ne dors pas et cela vas bien.

Reste 11km tous en descente pour 1400m de dénivelé à faire en 4h30, un rapide calcul nous fait dires que cela n'est pas gagné surtout que  nous allons souffir à cause des amortis.

Ce que je me rappelle de la descente sera ce coup de fatigue affreux ou ivre de sommeil
je titube dans les étroits sentiers perdant l'équilibre à de multiples reprises, heureusement
les bâtons rattrappent la bête.

Une pensée m'obsède demander à Alain et Laurent une pose d'un quart d'heure, juste un petit quart d'heure pour dormir et promis je repare,  Seulement je repousse sans arrêt ma demande.

Sous l'effet de la fatigue, je n'arrive pas à me souvenir du nom de l'hotel et du village ou je dois me coucher, tant pis je dormirai sur place à l'arrivée.

Finalement les lumières de la ville se dessinent, j'ai bien dit se dessinent car de Soulan à Vignec les Lacets interminables me sappe le moral, plus de repère sur la distance à parcourir.

Une  vive douleur au bas des reins me fait souffir et c'est cambré que je terminerai le parcours.

Murielle et Juliette sont venues à notre rencontre, cela sent bon l'écurie.

Nous pénetrons dans Vielle Aure tout est noir et silencieux sauf nous qui heureux approchons du but ultime, nous abordons la place, la ligne d'arrivée nous tend les bras.

C'est ensemble avec Laurent que nous franchissons le ligne avec un temps ex aequo en 49h37mn cela fait 51 heures que je n'ai pas vu Morphée.

Quel plaisir de voir Pépé et Michel qui avaient promis de nous attendre,ils nous remettent notre maillot de finisher, paradoxalement nous avons du mal à quitter cette ligne d'arrivée ou nous racontons nos dernières heures de galères.

Nous sommes invité à prendre une dernière collation sous le chapiteau étrangement vide à ce moment et après un échange de coordonnées avec Laurent, je prend le chemin de l'hôtel ou m'attend Jacques qui à fini sa course en 39h43mn.


GRP 2009 L'ARRIVÉE
envoyé par millepattes77. -

Nous discutons et comparons nos souvenirs respectifs brièvement jusqu'à environ 8H00 puis ..........Trou noir.

Un léger bruit dans la chambre me réveille, c'est Murielle qui range la pièce et qui s'apprête à se rendre à la remise des médailles.

Il n'est pas encore 10h, je saute du lit et me douche ENFIN!

je suis heureux d'être présent à la cloture de l'évènement qui se déroule sous un soleil magnifique.

Je revois nos trois serres files, Pépé et Michel qui me présentent plusieurs personnes en faisant les éloges de notre témèrité et de notre gestion des barrières horaires.

Malgrè mes vas et vients au sein de la place pas de trace de Laurent, j'espère que nous resterons en contact.

Les podiums sont beaux et les exploits des sportifs impréssionnants toutes générations et sexes compris.

Cette course est dans sa première jeunesse, je lui prédit un avenir international, surtout avec des personnes comme Pépé,Michel, l'organisation et tous ces bénévoles qui ont à coeur de faire de cet évènement un moment de convivialité et de sportivité.

Mon bilan.

Physiquement

- J'ai progressé en montée, mais pas la même impression en descente.

- j'ai couru beaucoup plus longtemps sur les premiers tronçons et je me surprenait de
  pouvoir relancer la machine au 2 tiers du parcours.

- Ma limite de résistance au sommeil a été une nouvel fois repoussée.

Alimentation et hydratation.

- Je n'ai pas loupé un seul arrêt et j'ai panaché salé sucré même sans faim apparente.

- J'ai bu très régulièrement et sous dosé ma boisson énergétique afin d'éviter la saturation.

Matériel

- Encore une fois satisfait des manchons Booster,aucun problème aux mollets

- Coté chaussures mes  adidas 1100 ont été fiables et adaptées à ce sol rocailleux

- Coté sac à dos seul inconvénient, il n'était pas étanche donc pas d'affaires séches.

- La protection pluie, je n'ai pas encore trouvé le produit qui résiste des heures à un milieu
  humide extrème.

- Montre GPS garmin 305, seul inconvénient l'autonomie maxi 12h.

- Lampe frontale trop faible,ne me permettant pas de distinguer les reliefs sous le pluie.
  si quelqu'un à un produit adapté merci de votre info?

Gestion de course.

* Assez bonne gestion de ma douleur à la cheville dans la première partie de course qui
   finalement  n'a pas durée.

* Et deux cordes supplémentaires à mon arc pour les prochaines épreuves.

   - La situation de suspension de course avec le maintient de ma motivation pendant la phase
     d'attente.

   - La gestion des barrières horaires est une épreuve qui maintient l'adrénaline et sublime
     l'effort.

Conclusion.

Je reste sur mon objectif de finir chaque course car nos périodes d'entrainements sont tellement longues que présumer de ses forces est risquées.

Le fait de rester humble face à la nature et aux éléments est aussi un atout.

Prochain Objectif le Marathon des sables 2010 au Maroc, course de 230km sur 7 jours en autosuffisance.

Un nouveau défi rêve de tous traileurs, déja l'entrainement a repris
 
  



Repost 0
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 01:15
Aujourd'hui très belle journée pour mon égo et de nombreux appels téléphoniques à la vedette "Moi".

En effet, Je viens de découvrir sur le journal La Marne  au chapitre sport un énorme article  plutôt flatteur d'un sportif d'exception!!!!!

Vu sous cet angle, je me trouve modeste et génial.

STOP je suis entrain de prendre la grosse tête et j'ai  les mollets qui gonflent signe avant
coureur du syndrome de "j'me la pête grave"

je trouve pourtant que le journaliste a su exprimer ma personnalité et mes sensations en quelques minutes d'entretien, qu'en pensez vous?

 Cliquer  ici  sur l'image pour agrandir      







                             
                    






















Prochain Rendez vous Pourquoi pas sur le 20h00?
et autographes à GOGO.








Repost 0
1 septembre 2009 2 01 /09 /septembre /2009 22:52

C'est épuisé, ivre de sommeil et heureux que j'ai fini ce Grand Raid des Pyrénées.

Les péripéties ne manquent pas et je serai heureux de vous y faire participer bientôt.

Désolé, d'avoir "pourri"  d'inquiétude le samedi de certains qui suivaient de près mon parcours sur internet.
Les évènement climatiques m'ont fait flirté avec la barrière horaire à plusieurs reprises et seul le mental et de bons binômes m'ont permis de finir l'épreuve.

*Merci à mes enfants qui me téléphonaient pour que je bouge mes fesses tant le danger de l'élimination était près.

* Merci à Jack pour sa gentillesse et ses conseils de Raideur et à Julliette pour son soutien
   pendant la course,un vrai binôme de supportrices avec Murielle.
.
*Merci à tous ceux qui ont tenté les textos" Gaelle, bernard.... et qui m'ont redonné le sourire et des larmes tant l'humour était présent dans ces moments difficiles.

 *Merci à Lionel qui alors que tous le monde abandonnaient pour cause de mauvais temps en 
  altitude, a pris avec moi  le risque d'affronter les éléments et la montagne de nuit.

*Merci à Laurent le Marseillais avec qui en associant nos forces nous avons rien laché, pour chaque fois faire un pas de plus et franchir ensemble la ligne d'arrivée.

*Merci aux serres files de Luz St sauveur qui par leur présence et leurs encouragements nous ont soutenu. 

*Merci à Alain notre dernier serre file qui chargé comme un mulet des balises récupérer après  notre passage nous a motivé par son énergie.

*Merci aux bénévoles qui nous attendaient dans la nuit et le froid afin de nous servir soit une soupe chaude ou une petite collation.

*Merci aux deux frères montagnards qui ont cru en nous et qui par leurs éloges nous ont poussé vers chacun de nos objectifs.

*Merci à mes partenaires de course pour leurs messages d'encouragements.

Et je finirai par la plus patiente, attentionné, protectrice Murielle ma compagne qui n'a pas regardé en dépense d'énergie à être présente sur plusieurs points de contrôles de jour comme de nuit et de me chouchouter pendant les quelques minutes d'arrêt.


AH j'oubliai j'ai donc fini les 153 km en 49 heures 31 minutes après presque 51heures sans sommeil.

"c'est fou ce que la volonté peu faire faire"

A la 304 ème place sur 304 arrivants et 484 partants.

180 ont rendu leur dossart soit 37% 

Merci ,merci merci à tous.

Bientôt récits, photos et vidéos


pierre


Repost 0
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 23:32
Se reposer et l'alimenter en glucide(Pâtes) est une priorité pour cette dernière ligne droite.

Les préparatifs sont presques fait et refait comme à son habitude le coureur d'ultra
controle son équipement plusieurs fois et comme d'habitude il manquera toujours 
un petit quelque chose.

J'ai fini aujourd'hui la conception des maillots des partenaires

N'ayant pas de TOP modèle sous la main, je m'y suis collé
( Lachez vous pour les critiques)

Voici le résultat
























 
       
                                             



Pensez à jouer à mon QUIZZ en cliquant sur le Dés












Repost 0
22 août 2009 6 22 /08 /août /2009 22:29
Maintenant que vous suivez mes récits vous savez que ma réussite actuelle n'est pas basée QUE sur ma condition physique, mais que je travaille le coté ZEN de ces défis.

Qu' est ce qui me pousse à dépasser les limites de la fatique et de la douleur?

Et bien je vais soulever un coin du secret, cela ne tiens qu'en deux mots "famille et ami(es)"

Il n'y a pas de meilleur dopant que le soutien, l'amour de ses enfants et de son épouse qu'ils expriment chacun avec leurs mots pour vouloir réussir à leurs yeux.

Sur la Diagonale des Fous, j'avais emmené dans ma trousse de secours 2eme urgence des petits mots que je n'ouvrais que lorsque le moral était dans les chaussures.

Première effet des larmes de crocodile, suivi d'un coup de Booster garanti.

Leur dire que je les aime plus que tout au monde et que je les remercie de leur soutien au quotidien est une bien petite chose.

Voici un petit mot qui expliquera sans équivoque ce qui me donne des ailes(et des ampoules).

PAPA
Comment pourrais-je te résumer….. Tu es à l’écoute, attentif, gentil, aimant, charmant,
 galant, courageux, tu vis tout toujours à fond et tu affrontes chaque épreuve la tête haute.

Jeune sportif et tu vas me dire VIEUX aussi, tu es aussi un peu beaucoup casse coup,
peur de rien .............Jeune dans les pays étrangers tu grimpes sur des grands bambous,
 je t'ai même vu assis sur les genoux d' une sculpture Egyptienne et monter au sommet
d'une des Pyramides. (photo à l'appui) Bien sur cela était interdit mais tu l'a fait...

La course à pied  tu en a fait des kilomètres et des kilomètres t'a même eu une médaille.
On peut dire que vous en avez bien profité et nous sommes arrivés. Même du haut de
votre jeune âge vous avez assuré, vous avez fait de très beaux bébés et très bien éduqués.

Tu t'es occupé de nous comme aucun n'autre papa n'auraient put le faire, tu as joué, ri avec nous essuyé nos pleures et surtout les guillis on en a eu des tonnes
(d'ailleurs je t'en remercie encore).

Maintenant que nous avons grandi et que nous sommes devenus des adultes grâce à vous.
Tu t'es remis dans la course....Tu as commencé par l'Ourcqu'Athlon, en tentant des
disciplines que tu n'a jamais fait (canoé, nage), l'histoire de te remettre dans le bain.
 
Très vite tu as voulu faire les trois disciplines tout seul (111km). A ce moment là on c'est
dit il est complètement fou il n'y arrivera jamais. Et oui tu y es arrivé sur  les rotules
mais  tu l'a fait....C'est comme ça que tu as recommencer à te lancer
un défi puis un autre je crois que nous ne t’arrêterons plus….. :

La Muraille de Chine très peu de marches avec on peu le dire une femme courageuse
aussi et maman merveilleuse qui te suit partout.

La Réunion avec cette course pour les fous .En tous cas j’espère et que mes enfants
(le jour ou nous nous déciderons lol) serons fière de moi comme je le suis de toi, de vous.

TOUT TE REUSSI T'ES UN VRAI CHAMPION.

Snif,Snif encore des larmes....

Mes amis(es) et partenaires aussi par leur soutien et encouragements sont à mettre à
l'actif de la réussite de mes objectifs.

Finir est une manière pour moi  de les récompenser. 

Vos commentaires aussi sont une source de motivation. 





Repost 0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 23:34
L'expérience de mes précedentes courses avec une caméra type paluche marque Archos a atteint ses limites.

Tant dans l'autonomie(2H) des batteries sur des compétitions de plus de 40 heures que les conditions extrêmes de certaines épreuves qui mettent à mal le matériel, surtout la pluie.

Malgrès des films de qualité exceptionnelle le coté Zen du tournage pendant l'effort est
compliqué.
A la recherche d'un produit d'une grande autonomie et étanche la socièté

  M'a proposé un essai de la POV 1.5

Autonomie environ 7 à 8 heures
Batterie par piles rondes classiques.
Étanche 1 mètre.
Carte mémoire jusqu'a 8GO

 







Je testerai ce produit sur le Grand Raid des Pyrénées.


A moi les grands reportages.


Pensez à jouer à mon QUIZZ en cliquant sur le Dés



Repost 0
17 août 2009 1 17 /08 /août /2009 00:05
La nuit dans une course d'orientation il suffit de lever les yeux et la Grande Ourse
guide les âmes perdues.

Troisième plus grande constellation du ciel, Elle contient le « grand chariot.





















Par contre dans les Pyrénées si l'on lève les yeux se sont les Ours que l'on peut croiser.
En effet une vingtaine de ces doux animaux ont été réintroduit dans ce milieu naturel dont
ils avaient été décimés.

Lien avec le récit d'un raideur de la première édition qui a fait cette rencontre rare.


  En cas de rencontre fortuite avec un plantigrade, voici quelques Conseils
 
  J'en rajouterai quelques uns histoire d'adoucir la difficulté du Raid.

             - Éviter de narguer l'animal avec vos barres énergétiques au MIEL 

             - Le petit ourson n'est pas un jouet que vous pourrez rapporter à votre enfant. 

             - Ne grimper pas aux arbres pour vous planquer, l'ours est bon grimpeur    
            Bon nageur et bon coureur aussi donc aucune chance.

         - Si vous êtes capable de lire le tatouage dans l'oreille gauche, vous êtes trop
            près.

          - Voyager en groupe, avec un peu de chance son choix ne se portera peut être
             pas sur vous.
:D


Enfin si vous suivez dans le noir un gros balourd mal léché sans dossard, sans lampe
frontale, grognant à chaque pas
, c'est peut être le moment de faire une pause et d'attendre
le levée du jour.


A bientôt  GRRRRRRRR


Pensez à jouer à mon QUIZZ en cliquant sur le Dés




            
 
 
Repost 0
4 août 2009 2 04 /08 /août /2009 23:35


A GAGNER  : une bouteille de Bon RAISIN des Pyrénées.

Un QUIZZ sur un blog( merci Gaelle).
Originale l'idée de faire participer les lecteurs avec un lot de consolation.

Votre mission si vous l'acceptez sera d'estimer le temps que je mettrai sur l'ultra du Grand Raid des Pyrénnées du 28 aout au 30 aout

Des indices pour vous aider à affiner votre pari.

* Dénivelé positif de la diagonale des Fous 2008 était de 9000 mêtres, il sera de
   même pour le Grand Raid fin aout.

 * 10 Points de contrôles au dessus de 2000 mètres d'altitude pour la Diagonale
    contre 14 pour le GRP.


  * Distance  de la Diagonale 148Km et 153 KM pour le GRP 

   

  * Temps maxi 64H pour la Diagonale / 50 H pour les Pyrénées.

   

Donc le calcul est simple la distance est plus longue de 5 KM le dénivelé

est identique et j'ai 14 heures de moins pour réaliser le parcours.

   

Sachant que j'ai mis 60h27mn sur un délai maxi de 64 H pour faire le Grand Raid de la Réunion .


Un   autre comparatif, sur le terrain à la Réunion la végétation est luxuriante même en
altitude alors que dans les massifs Européens la nature au dessus de deux milles
mètres est inexistante d'ou une exposition accrue aux conditions climatiques .

   

Rappel l'édition 2008.

 

 * 216 concurrents prirent le départ 43 passèrent la ligne d'arrivée, nous serons
    550 en 2009.


 * Dernière info  j'aimerai  faire environ 43 heures.


Comment jouer?


 Format :

 Heures, minutes, secondes                 pour le classement    xxx /550


  ex: 49h 59mm 59s  ouf c'était juste.


  Abandon ou hors délai accepté + motif pour dé-partager les mêmes réponses
  (blessures, fatigues, maladie,congès....)


 Cliquez sur "écrire un commentaire" et laisser votre avis avec

 le temps estimé sur la  ligne d'arrivée et le classement au général. 
 

Réglement

Un seul vote par blogeur

Date de cloture:   le 28/08/09 à 5 h00 du matin  heure d'enregistrement faisant foi.


Moyen de contrôle en Live: ICI

Lot au gagnant : Une petite bouteille de vin des Pyrénées à consommer avec
modération.
 
L'heureux ou l'heureuse vainqueur sera sité sur le blog  et reçevra son lot
sous 1 mois.


Allez, lachez vous, vous jouez  le bon cheval N° de DOSSARD  82  IOI

Sportivement

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de millepattes77
  • Le blog de millepattes77
  • : N'est il pas meilleure façon de découvrir le monde que de le parcourir à pieds. N'est il pas meilleur moyen de se connaître que de puisez dans ses limites.
  • Contact

Visites

 
free counters



Un petit message ou un commentaire me recompenserait du plaisir que j'ai de vous faire partager mes aventures

 

Recherche

Pages