Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 23:40

Je suis parti à 2h32mn du poste de Cilaos après avoir échangé ma literie avec un coureur qui venait d'arriver et qui apparament ne repartira pas.

 

En levant les yeux je peux aussi apercevoir plusieurs petites lucioles dans la descente du bloc, ces conccurents vont avoir beaucoup de mal à finir.

 

Une parenthèse sur mon classement, en 2h10 passé sur la base vie j'ai gagné 344 places suite aux abandons.

 

Ca calme!

 

Donc toujours l'estomac en vrac je prend avec Jacques la direction du poste du pied du Taibit en passant par la cascade bras rouge.

 

La première partie jusqu'à la cascade est une descente sans grande difficulté puis la remontée st plus chaotiques avec il me semble plusieurs descentes dans les ravines.

 

Progressivement Je sens mes forces me quitter, normal je n'ai rien mangé et bu

depuis plus de six heures et je ne pense qu'à m'économiser pour arriver jusqu'à la

route du pied du Taibit.

 

J'y arrive  enfin à 4H55 à la 1122 ième place après 30h55 mn de course.

 

Les bénévoles mettent une ambiance du tonnerre essayant de détendre l'atmosphère

car  tous les regards se posent de l'autre coté de la route avec le début de la montée

du Taibit.

 

Moi je suis plutôt enthousiasme car bientôt le jour va se lever et le l'aborderai à la lumière

cette sacrée montée qui en 2008 m'avait fait perdre de nuit tous mes repères, j'avais

même frôlé le coup de blues à quelques mètres du sommet.

Sauvé par une petite astuce qui avait consisté à lire dans cet instant des petits messages

écrits par mes enfants et mon épouse.

 

Un vrai baume pour le moral, je conseil ce remède.

 

Pour l'instant je fait des allers et retours devant les assiettes de ravitaillement rien ne m'attire pourtant je dois essayer d'avaler quelques choses.  

Jacques me suggère de manger du pain confiture, je me décide à porter au lèvre un morceau sans la confiote et le mâchouille très lentement le faisant fondre afin d'avaler une bouchée.

L'estomac ne se révolte pas, je prends donc un autre morceau pour la route et fais le plein d'eau que je boirai plus tard.

 

Au début de la montée il y a l'immanquable stand de la non moins fameuse tisane ascenseur.

Par tradition, m'arrête et l'on m'offre ce breuvage aux plantes, ouf cela passe bien, je retrouve le morale mon problème digestif est passé.

 

Je décide de sortir mon arme secrète une idée de Jacques "la Musique" je branche le petit enregistreur avec les titres que j'aime , quelques choses d'entrainants et saccadés.

 

Bien que difficile, j'arrive au sommet avec une vue magnifique sur le soleil de Mafate en bas

la base de Marla, je me lance dans les marches en trottant avec l'espoir de limiter la casse avec Jacques, je me surprends même à enchainer les tronçons d'escaliers sans avoir mal

aux cuisses.

 

Finalement j'arrive sous un chaud soleil à Marla à 7H49 à la 1090 ième place

après 33H49 mn de course. encore gagné 30 places sans avoir dépassé un raideur.

 

Jacques à déja pris possession d'un tabouret et se bichonne les pieds, il s'autorise

aussi une pose assouplissement, chose que je ne sais pas faire encore.

 

Allez il est temps de partir pour  le prochain objectif trois roches.

 

Désolé pour la vidéo la fatigue m'a fait oublié de filmer et surtout le cache supplèmentaire

pour protèger la caméra atténu fortement les sons, mais vous verrez plus tard que j'avais

bien fait.

 

 


Diagonale des fous Direction Marla par millepattes77

Repost 0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 16:40

Rappel des données pour atteindre Cilaos(Km 89) mi parcours.

 

a) Départ 17h juste avant la tombée de la nuit.

 

b) Prochain poste la Caverne Dufour altitude 2484m avec la fameuse montée

    du Cap Anglais qui affiche 1160m de D+ sur 5km.

 

c) Nous devons y être avant 22h30.

 

d) Ensuite Direction Cilaos en passant par la très cassante descente du Bloc

     D- de 1200m sur 8km.

 

C'est remonté comme une pendule que je quitte le stade  d'Hell bourg pour attaquer

les premières pentes, je croise une femme qui me souhaite bon courage avec

une moue qui en dit long sur ce que je vais affronté.

 

Encore une fois je pars trop vite sur cette première partie en sous bois avec

un sol enchevêtré de racines très glissantes, je dois ralentir j'ai de souffle court

et le coeur qui bat la chamade.

Rapidement la pente devient plus raide ce qui m'oblige à ralentir et récupérer

sans lâcher le groupe dont j'ai pris le train.

Nous sommes une bonne dizaine, Jacques est derrière mais impossible de savoir

sa position dans le noir.

 

Ca monte toujours et je me force à m'accrocher au groupe qui régulièrement perd des compétiteurs fatigués ou faisant une pause ravitaillement, il est vrai que manger durant un effort est souvent mal assimilé.

Nous circulons sur un sentier rocailleux ou l'aide des mains pour prendre prise

n'est pas de trop, l'eau coule abondamment sur ce tracé tous choisi et nous avons

souvent les pieds mouillés.

 

Progressivement je sens venir une sensation de nausée que les raideurs craignent car deux possibilités Hypoglycémie ou saturation au sucrée.

Une rapide analyse de mon alimentation depuis le départ me rassure sur le premier cas, par contre je suis certain d'avoir fait une erreur sur le sucrée.

 

En effet, j'ai différencié ma boisson énergétique, c'est à dire que dans une petite bouteille plastique j'avais mis le concentré et gardais l'eau pure pour ma réserve.

Je devais alternativement utiliser les deux composants et là je me rends compte que

j'ai épuisé le produit énergétique.

Même l'eau seule augmente la sensation de malaise pourtant je dois continuer.

J'arrive enfin au panneau qui annonce la fin du cap Anglais et m'aperçois

plus haut encore les lampes frontales qui se dirigent vers cavernes Dufour.

 

Le tronçon menant à ce poste sera long et interminable certains coureurs devant moi titubent de fatigue et doivent s'arrêter.

  

Enfin le Poste de caverne Dufour (Km80) à la 1480 ième place après 23h33mn de course.

il est 21h33 soit 1h 30 avant la barrière horaire.

Les bénévoles sont transits de froid et éparpillés autour des tentes les coureurs

récupèrent un peu.

 

N'étant pas attiré par la nourriture, je décide de partir pour la descente du bloc, pas de Jacques en vue j'espère qu'il passera.

 

La descente du bloc me rappelle de très mauvais souvenirs, c'est ici que suite aux chocs répétés sur les marches je me suis déclenché en 2008 mes ampoules championne du monde qui ensuite m'auront accompagné dans la douleur jusqu'à l'arrivée.

  

Donc en souplesse et avec l'estomac au bord des lèvres je m'engage dans la descente,

Jacques me rattrape peu à près et il m'apprend qu'il a fait une micro sieste à Dufour,

c'est un comble il arrive à dormir n'importe ou.

  

Je suis de plus en plus vasouillard et absorbe deux gorgées d'eau et là immédiatement plusieurs spasmes me plis en deux mais rien de sort.

Des coureurs qui me croisent s'arrêtent et me demandent si je suis en hypo, je les rassure et repars avec la peur de l'abandon, car si je ne peux plus rien absorbé je ne tiendrai pas longtemps.

Je me raccroche à une idée cette qu'aurait pu me donner Murielle mon épouse infirmière

 Faire une diète afin de reposer l'estomac, plus facile à dire qu'à faire durant une épreuve de cette envergure.

  

Un point cependant est en ma faveur la nuit est fraiche et mes besoins sont plus faible

qu'en plein soleil et dans quelques kilomètres la base de vie de Cilaos ou j'ai prévu

un arrêt DODO( Pas la bière).

 

J'arrive enfin à Cilaos (KM88) à la 1440 ième place après 26h22mn de course.

il est 00H22 soit 1h 30avant la barrière horaire d'entrée.

 

Ici pas d'ambiance étonnant pour un poste aussi important car beaucoup déposeront les armes par lassitude.

Un peu de chaleur humaine aurait certainement des vertus bénéfiques pour les petits bobos

au moral.

 

Bon, je récupère mon sac d'assistance et fonce vers une tente de l'armée et à ce moment Jacques sort il me signale qu'il y a une place.

Sans blabla je règle le téléphone pour une durée d'un heure et me jette sur le lit de camps et me couvre de la couverture en coton.


Diagonale des fous 2011 Cilaos par millepattes77

Extinction des feux et un réveille brutal par le froid soudain qui me fait grelotter et claquer des dents, le vent c'est levé et soulève les rabats de la tente qui n'ont pas été fixés.

 

Je peste en regardant ma montre seulement 30mn de sommeil, je n'arriverai pas à replonger mais attends quand même que le réveil sonne.

C'est à la lampe frontale que j'ouvre mon sac d'assistance change de tee shirt, chaussettes, crèmes sur les pieds enfile une autre paire de chaussure.

 

Allez le départ à 2H32 pour un autre gros morceau le col duTAIBIT avec le point

de contrôle à  sa base.

 

Toujours pas possible d'avaler quelques choses, je vais souffrir il faut que me surveille dans l'effort une consigne "avancer même lentement" 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

Repost 0
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 00:20

Mare à Boue un nom évocateur qui dès les premiers hectomètres plante le décor, nous pénétrons dans la forêt de Débours ou arbres, fougères, mousses et autres plantes s'enchevêtrent allègrement.

 

DSCN1085

 

Au centre ce sentier complètement  ravagé par le piétinement les raideurs précédents.

Que dire de la perte d'adhérence et de ces glissades récupérées in extrémistes.

C'est les uns derrière les autres que nous avançons lentement s'accrochant aux racines et branches pour descendre les paliers boueux.

 

Un dénivelé négatif de trois cents mètres à pique et nous rejoignons la route goudronnée qui nous mène vers un second secteur appelé le sentier de la rivière, apparemment aucun report

de tracé donc le terrain est praticable.

 

Le chemin commence gentiment avec des rondins  et un sol propre, puis brutalement

Beyrouth sans les bombes l'on s'enfonce dans une boue épaisse jusqu'à mi jambe.

La meilleure solution marcher dans les pas du raideur précédent pour profiter de son empreinte comme appui, sauf que le mien doit chausser du 39 car je ventouse à mort et

crains de perdre à tous moment une chaussure.

Heureux le coureur me suivant car moi mes Tongues sont en 45.

Nous avançons très lentement et souvent cela bouchonne devant des mares qui doivent être contournées en passant sur les cotés en s'accrochant aux troncs souvent pourries.

 

Ce passage est interminable surtout qu'à plusieurs occasions nous entendons des voitures

à proximités et l'espoir s'envole quand l'on s'aperçoit que nous replongeons dans une ravine.

 

Les gars râles sur l'inutilité d'un tel parcours, surtout que nous y laissons des plumes tant en fatigue que sur le temps perdu qui nous rapproche la barrière horaire inévitablement.

 

Jacques a disparu de mon champ de vision, il a certainement réussi à prendre le train d'un groupe plus rapide. Impossible de doubler ou juste prendre la place d'un conccurent qui s'arrête pour souffler.

 

Finalement, je me retrouve sur la route qui accède au poste que je crois être celui de Hell bourg et bien non, Jacques qui le quitte me révèle l'horrible réalité il y a encore 5 km pour y arrivé.

 

 

Je refais mes réserves, mange un peu, décrotte mes guenilles et me lance à la poursuite de Jacques, je me suis lancé le challenge de le rattrapper.

 

 

 

Diagonale des fous 2011 Direction Hell bourg par millepattes77

 

C'est donc en courant que j'attaque dans les descentes et sur certains tronçons de plat.

Ce qui me permet de finir sur ses tâlons  et à sa grande surprise à moins d'une minute.

DIAG-2011-2584.JPG         DSCN1256.JPG

Poste d'Hell bourg (km 71) à la 1656ième place après 18h 35mn de course. 

 

Nous sommes acceuillis par Juliette et Murielle pour un relai rapide car il est 16h15 et la barrière horaire est dans 1h30, connaissant la difficulté suivante l'ascension vers la caverne Dufour et le très redouté Cap Anglais une grimpette de 1420m de D+ sur 9km puis la descente du bloc vers Cilaos un D- de 1200m sur 8km.

  

Je commence à douter de ma capacité de franchir dans les temps ces points de contrôles, c'est à cet instant que je perçois un relachement dans la motivation de Jacques qui est insensible à l'idée d'être aussi hors délai.

Cette attitude à pour effet de me regonfler à bloc je ne sais dires pourquoi.

DIAG-2011 2591 - Copie 

 

Soudain coup de théatre, pendant que nous finissons de nous habiller chaudement et

de faire les derniers réglages une info sur le décalage d'une demi heure des barrières

jusqu'à Cilaos est annoncé.

 

C'est une bonne nouvelle certainement lié aux conccurents retardés par le zone boueuse.

Nous décidons de partir de suite car même avec cela se n'est pas gagné.

 DIAG-2011 2611

 

 

 

Repost 0
29 octobre 2011 6 29 /10 /octobre /2011 16:40

La plaines des sables, me voici sur cette étendue de roches et cendres volcaniques réputée pour son décor lunaire.Plaine-des-Sables.JPG

  

Au fond du décor une barre rocheuse nous barre la route, c'est l'oratoire Sainte Thérese.

  

Je monte d'un bon pas sans aucun arrêt tous les zigs et zags qui mênent au sommet,  le sifflement du vent troublé uniquement par le passage de l'hélicoptére blanc de l'organisation qui  déclenche à chacune de ses apparitions  de grands signes de bras de notre part,

peut être passerons nous à la télé.

  

La difficulté est avalée rapidement et après une longue marche dans un environnement toujours très minéral  j'arrive dans les faubourgs de Piton Textor qui a subit un feu de végétation, le Paysage est désolant, il faudra certainement des années avant que la nature  reprenne ses droits. 

 

J'arrive au poste de Textor KM 40 à la 1831 ième place, cela fait 9H48mn de course à ce moment.

 

Ici les bénévoles sont chauds bouillants, ils mettent une ambiance du tonnerre.Toujours en suivant mes consignes d'avant course encore un arrêt minimun et je repars en direction de notre prochain objectif Mare à boue, Là notre assistance nous attends et une pose de trente minutes est planifiée.

 

A partir de ce poste la descente vers Mare à Boue nous fait traverser la région d'élevage La Plaine des Cafres.

 

Ici  les prairies couvertes d'une herbe bien épaisse avec des ilots d"arômes blancs

tranchent avec ce que nous venons de traverser.

arum.jpg

 

Les bovins aussi nous regardent de leurs grands yeux étonnés " Ils sont fous ces bipèdes"

 

                       bovins.JPG

 

Nous circulons entre des rangées de barbelés délimitant les près, le terrain a été défoncé par le passage des raideurs, des ornières et flaques de boue rendent le cheminement glissant ou la chute menace à chaque foulée. 

 

Heureusement le soleil est là et le température est enfin clémente, je m'arrête  pour enlever

ma veste.

C'est à ce moment que mon ami Jacques me rattrape, il s'arrête un instant le temps que je me rhabille et nous voilà parti en discutant.

  

Soudain environ deux cents mètres plus bas je m'aperçois que j'ai oublié mes lunettes

de vue. Allez demi tour, je remonte la file des coureurs qui ne comprennent pas et crois  à mon abandon.

 

Une chance personne n'a marché dessus je les retrouve posées dans l'herbe, ce moment de stress passé je repars dans le bon sens en vue de rattrapper Jacques avec qui j'établi la jonction à 5km du poste. Tout en marchant d'un pas rapide nous croisons des supporter tous au long du chemin.

 

Enfin le camp, quelques mètres avant notre assistance Murielle et Juliette  nous attendent.

 

arrivee-mare-a-boue-2.JPG               Arrivée mare à boue

 

      mare-a-boue-2.JPG         mare à boue 1

Là sur le bord du fossé, je change de tee shirt, de chaussettes et Murielle 

nous bichonne les pieds, essuyage, friction et encrémage ++.

      mare-a-boue-0.JPG        mare-a-boue-3.JPG

 

Sans oublier mon dopant une part de gateau Patate ainsi que quelques mots de réconfort,

gateau-patate.JPG

 

Le bisou pour la route et nous nous allons pointer au poste Mare à Boue, KM 50

à la 1920 ième place pour un temps total de course de 12h16mn .

 

Nous nous dirigeons ensuite vers les tentes de ravitaillement afin de faire les pleins nécessaires et hop départ vers HELL BOURG soit 21 km à faire, des rumeurs courent comme quoi un tronçon hyper difficile et glissant serait détourné  nous verrons bien.

 

mare à boue le depart0

 

mare-a-boue-le-depart.JPG

 

 

 

veuillez cliquer sur le rectangle coté Dailymotion pour pleine écran.

 


Repost 0
27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 23:55

Après la traversée des champs de cannes à sucre à petites foulées, j'attaque

les sentiers forestiers légèrement pentus en marche active. La course ne fait

que de commencer et  je sais que je vais être pris dans quelques kilomètres

dans les embouteillages à la montée du volcan.

 

J'arrive au poste du Kiosque de basse vallée à la 2215 ième place

un rapide verre de coca, des morceaux de bananes et j'aperçois Jacques qui arrive, nous échangeons quelques mots et après une estimation de mon niveau d'eau je pars vers l'entrée de l'ascension du volcan.

 

Dès à présent nous évoluerons en file indienne car les passages étroits

ne permettent pas les dépassements.

 

Aussitôt les embouteillages commencent et de longs moments à attendre se répètent. Il faut prendre son mal en patience.

 

Heureusement dans cette partie nous sommes entourés de végétation épaisse qui nous épargne le coup de froid mais cela ne vas pas durée avec l'altitude la flore se fait plus éparse et un vent fort et très froid pénètre nos tenues.

 

J'enfile avant de grelotter ma veste en Goretex  et rabat la capuche, me voici à l'abri et au chaud.

Contrairement aux concurrents autour de moi qui sont en tee shirt et shorts.

le froid ne tardera pas à faire les premiers dégâts car je dépasse plusieurs gars blêmes, grelottants et d'autres arrètés accroupis sous leur couverture de survie.

 

C'est au levée du jour que j'atteint le poste de FOC-FOC  km 23 à la 2025 ieme place.

Encore un arrêt éclair pour ne pas faire tomber la tension et je repars vers le poste du volcan.

 

En chemin j'assiste à un super levée de soleil sur ce monde minéral qui m'entoure, les couleurs ocres de la roches volcanique sont fascinantes pourtant pas question encore de déposer la veste car le vent froid souffle toujours.

 

Le poste du volcan est un arrêt important ou l'accès depuis la route a permis aux supporters de venir encourager  les raideurs.

Km 30 je passe à la 1966 ième place.

 

De nouveau, l'arrêt  de quelques minutes le temps de recharger

la poche à eau, d'avaler coca, bananes et l'incontournable soupe de pâtes.

 

Mon ami Jacques doit être devant si je ne prend pas trop de retard je devrais le croiser

à Mare à Boue ou nous attendent Juliette et Murielle pour un arrêt programmé de 30mn.

 

Je prends le train d'un groupe et direction la fameuse Plaine des sables, l'oratoire

ST Thérèse et le Piton Textor nos prochains tronçons.

 

  Pour voir les vidéos plein écran cliquer sur le petit rectangle près de Dailymotion


Diagonale des fous 2011 Direction le Volcan par millepattes77

Repost 0
25 octobre 2011 2 25 /10 /octobre /2011 22:50

Après les événements de la journée, nous arrivons sur zone vers 21H15, direction sans trainer pour déposer nos sacs d'assistance, puis contrôle de l'équipement par des bénévoles tous sourires.

 

Rien ne manque je suis paré, un coup de bip sur mon bracelet et me voici dans la zone restauration étonnamment plein à si prêt du signal de départ.

   Pour voir les vidéos plein écran cliquer sur le petit rectangle près de Dailymotion

 


Diagonale des fous 2011 Arrivée cap Méchant par millepattes77

 

Je progresse avec Jacques vers la foule des fous déjà tous debout piétinant  d'impatience, certains sont ici depuis plusieurs heures afin de se placer.

 

Pour nous pas de problème cela sera en fin de peloton.

 

La température est bonne environ 21° et l'organisateur n'annonce pas de neige "OUF"

 

Nous n'aurons pas à attendre longtemps, le Départ est lancé sous les acclamations du public massé en nombre de chaque coté de la route.

 

Pour voir les vidéos plein écran cliquer sur le petit rectangle pres de Dailymotion

 


Le départ de la 19ieme édition par millepattes77

 

 

Applaudissants, encouragements nous savons dès maintenant que le chemin sera long jusqu'à ST DENIS 162km Plus loin.

 

Direction le volcan et déja une inquiètude mon quadricep droit me titille, une gène tout au plus, je reste vigilant un départ lent est décidé de toute façon rien ne sert de courir ne ne manquerons pas les embouteillages de la montée du Volcan. 

 

 

 

 

Repost 0
22 octobre 2011 6 22 /10 /octobre /2011 23:00

La journée précédent le départ a passé très rapidement, partagée entre les re-re-re vérifications de mon équipement et la re- re-relecture des infos du road book comme si l'un près l'autre modifiait ma stratégie et comme si de stratégie je n'en avais plus.

 

Bref une petite pression qui s'installe.

 

DIAG-2011-2509.JPG     DSCN1181 

Pose des strapp en début AM 

DSCN1176.JPG

 

La tenue de départ sera celle ci. 

DIAG-2011-2521.JPG  DIAG-2011-2522.JPG

Une sieste ou plutôt une mise au silence durant 2heures en début d'après midi et

le repas du condamné vers 18h00.

 

Mon secret une cure de patates douces depuis quelques jours en salade avec son gout

de châtaigne ou en Gâteau patate, mon préféré celui avec raisins et le Rhum.

110calories pour 100gr un vrai booster naturel.

 

Nous nous sommes ensuite fait conduire par notre assistance technique (Juliette et Murielle)

 vers le site de départ "Cap méchant"

 

Enfin Jacques et moi avions oublié que nos guides n'avaient pas un poil d'orientation et à la première occasion ont pris la direction opposé.

Donc une heure après, nous étions revenus à quelques centaines de mètres de notre point de départ.

 

Remis sur le bonne file nous sommes arrivée à 21h15 pour le départ à 22h00.

Dépose de nos sacs d'assistance, contrôle de notre équipement et pointage électronique.

 

Puis quelques photos du moment car c'est l'heure de rentrer sur l'aire de départ.

 

 

DIAG-2011-2530.JPG DIAG-2011-2549.JPG

 

  

                                                DIAG-2011-2531.JPG

 

J'y suis, que de questions me viennent en tête car je sais que je ne suis pas au top de ma forme, ma cuisse me chatouille toujours suite à ma chute dans le Trail de Côte d'OR.

Je n'ai rien dit à mon entourage mais c'est une inquiétude pour moi.

 

Ma mise hors course pour avoir été hors délai très tôt lors du Grand raid des Pyrénées est aussi une expérience négative.

 

Mon entrainement pour ce GR à plutôt été d'accepter mes faiblesses et de travailler les sources de motivation, les images positives et une stratégie totalement différente des mes précédentes courses.

 

Pour faire bref.

 

a) Faire certains arrêts très bref afin de garder la tension active, un arrêt prolongé  

    fait retombé la vigilance d'ou somnolence. 

 

b) Faire à d'autres points un arrêt bichonnage avec l'assistance, échange tee shirt,  

    chaussettes et alimentation sérieuse.

 

c) Faire obligatoirement des poses DODO ( pas la bière) Prévues Cilaos et deux Bras.

    ces repos seront gages d'une bonne lucidité à conserver.

 

d) M'alléger au maximum, gestion de la réserve d'eau- réserve alimentaire au strict

     besoin de secours.

 

e) M'alimenter à chaque ravitaillement.

 

 f)  Ne pas rester isoler, essayer de prendre le train d'un groupe chaque fois que cela

     est possible. Seul, le rhymme n'est plus donné.

 

 g) Ne pas laisser le froid  m'envahir, dépense de calories inutilement,

      Je testerai mon nouveau Gortex

 

 h) Utiliser une très bonne lampe frontale, une faiblesse de ce produit augmentera

     la fatigue et réduira la vitesse de déplacement, je vais donc aussi tester

     mon nouveau projecteur.

 

 i)  La protection de mes pieds, cette fois opération tartinage de crème, pas une noix

     une triple couche.

 

 j)  J'ai décidé de défier l'apesanteur, c'est à dire de ne pas jouer les éléphants sur

     chacun de mes pas en descente.je vais tester mes nouvelles Mafates de chez HOKA

 

Je viens de m'apercevoir que cela faisait dix commandements était ce un signe.

 

la vidéo du départ bientôt

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire cela fait toujours plaisir

 

 

 

 

Repost 0
17 octobre 2011 1 17 /10 /octobre /2011 12:20

milafé danlétan (dans mon créole à moi)

 

DIAG-2011-2719.JPG

 

Que dire le l'évènement grandiose que je viens de vivre, que du bonheur et surtout une satisfaction énorme d'avoir su m'accrocher dans les moments de fatigues et doutes extrèmes, car cette course a été aux dires des compètiteurs et organisateurs la plus dure vue certains passages et enchainements du parcours.

 

Je fini à la 1039 place en 59 H40mn1S sur 1228 rescapés

49% d'abandon un record.

  DIAG-2011-2743.JPG

 

(juste une micro sieste avant d'en faire une autre)

 

  

J'ai bien entendu filmé de l'interieur de course, mais cela sera sur le blog un peu plus tard avec mes ressentis et surtout des conseils car avec mon binôme Jacques j'ai appris énormément durant ce laps de temps.

 

A bientôt 

pierre 

 

Repost 0
12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 19:10

Stade de la redoute

 

11HOO du Matin

 

           DSCN1121.JPG

  

Nous voici ici pour récupérer notre dossard, les stands par série de numéros acceuillent les concurrents déja tous excités de ce premier RDV.

 

13HOO

 

DIAG-2011-2394.JPG

 

Au début de ma file d'attente.

 

DIAG-2011-2397.JPG

 

Débriefing avec le président de l'organisation GRAND RAID au centre droit.

 

DSCN1141.JPG

 

Ai je bien ma convocation, ma carte d'identité,,les tee shirt est ce la bonne taille

etc......????

Que de questions.

 

DIAG-2011-2421.JPG  DIAG-2011-2434.JPG

 

La puce électronique au poignet

 

DIAG-2011-2452.JPG

 

Et me voici prêt pour demain avec mon dossard ainsi que mes sacs d'assistance.

 

DIAG-2011-2457.JPG

 

Et parallèlement mon ami Jacques suit aussi le même parcours. 

 

DSCN1146.JPG

 

 

 

Pour ceux qui voudront nous suivre en live voici le lien, n'oubliez pas

  

Dossard N°1652 pour Pierre

 

Dossard N°423 pour Jacques

 

http://suivi-gps-grandraid.sfr.re/

 

A demain pour les essais de tenues en fonction de la météo.

 

Repost 0
11 octobre 2011 2 11 /10 /octobre /2011 07:00

Vive le WIFI,

 

Pour la première fois je vais pouvoir vous donner de mes nouvelles à quelques heures du départ.

   

Premièrement merci de vos encouragements qui  j'espère me porteront  jusqu'au Stade de la Redoute à St denis.

 

Nous avons fais quelques reconnaissances du terrain avec mon ami Jacques et nos Binômes Juliette et Murielle.

 

Le volcan sous la pluie à 2600m à 10°,

 

DSCN0854.JPG

 

 Mare à boue Km50 (nom bien mérité) au niveau de la plaine des Palmistes.DSCN1084.JPG  DSCN1085.JPG

 

 

 

Allez notre assistance aussi à l'entrainement pour être au TOP

 

DSCN1090.JPG

 

 

 

Hell bourg Km 71 toujours sous l'humidité.

 

Cilaos  capitale de la lentille KM 90 avec la descente vers bras rouge

 

DSCN1034.JPG

 

Sa cascade

 

DSCN1021.JPG

 

Et avec un peu d'élan

 

DSCN1033.JPG

 

la remontée versle TAIBIT  

DSCN1029.JPG

 

La météo annoncée:

 

Départ jeudi 22h00 température 21°

             Le Volcan KM 24 altitude 2640m très certainement 5 à 6 degrés.

Ensuite pour la journée de Vendredi très humide, le samedi grand beau temps et enfin  le dimanche si tous va bien nuageux..

 

Demain rassemblement au grand stade de la redoute pour la remise des dossards.

l'occasion de faire quelques clichées et un nouvel article.

 

A demain

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de millepattes77
  • Le blog de millepattes77
  • : N'est il pas meilleure façon de découvrir le monde que de le parcourir à pieds. N'est il pas meilleur moyen de se connaître que de puisez dans ses limites.
  • Contact

Visites

 
free counters



Un petit message ou un commentaire me recompenserait du plaisir que j'ai de vous faire partager mes aventures

 

Recherche

Pages