Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 15:46

ELLE est belle!

 

                            blogtrucastuce_fr_6D26ACFD.gif.jpg

  

                        

 

 

IL est beau. 

       mds 1122                                                                                                                                                                                           

         

mds 1121

               

mds-1120.JPG  

 

ILS sont beaux.

                        blogtrucastuce fr 6CD95BDA-copie-1

 

 

 

FICHE de COURSE

 
Nom FISCHER

Prénom

Pierre
Dossard 94
Rang(Général) 725 ème / 923 arrivants et 1028 partants
Age 52
Nationalité FRA
Pays de résidence FRA- FRANCE
Département 77
Sexe H                
Général
58H00'33 38H15'24 4.29
Etape 6
05H43'41 04H20'21 3.67
Etape 5
10H29'55 07H19'21 4
Etape 4
21H43'39 14H34'25 3.77
Etape 3
07H37'49 04H36'02 5.24
Etape 2
06H57'30 04H08'24 5.03
Etape 1
05H27'56 03H16'48 5.31
 
 

Voila c'est fini, cette course restera mon plus beau raid et qui sais peut être qu'un jour l'appel

du désert sera comme le chant des sirènes

 

 Il est tant de passer à autre chose  et cela sera le GRP fin aout

 

                  Banniere2010_800.jpg

 

Rappel en 2009  j'ai fini

 

                des-miliion_fr_897B2DF5.jpg

    

 en  49h 37mn sur 50 h limites, le parcours faisait  150km pour 9 000m de D+.

 

 Cette année l'épreuve  fera 160km et 10.000 de D+ avec toujours 50h donc

 je devrais être hors délai à un certain moment SAUF SI...........

 

 

Repost 0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 22:37

Il y a tant d'astuces pour agrémenter un blog, que je ne peux m'empécher de vous faire parvenir mes essais

 

Cliquer sur l'album

 

 

Repost 0
23 mai 2010 7 23 /05 /mai /2010 20:17

Nous allons recevoir le DVD de la course courant juin, pour ceux qui veulent voir ce montage des meilleurs moments.

 

 

 Survol de l'hélicoptère au dessus des coureurs, cela va vite mais c'est impressionnant. 

 

 

 

 

Une petite vidéo du dernier départ ou j'apparais quelques secondes dossard 94 à partir de 0.21

 

L'éclopé au drapeau.

 

 

le gars au drapeau

 

 

 

 

Repost 0
17 mai 2010 1 17 /05 /mai /2010 22:55

 

Déja le dernier jour et la dernier épreuve, j'ai du mal à y croire  je finirai cette course pour laquelle j'ai fais tant de sacrifice.

 

Tout en me pressant car nous partons une heure plus tôt que le horde des concurrents,

je pense à ma petite famille, à mes ami(e)s et Sponsors.

 

Leur soutien aura été le moteur de ma réussite, comment imaginer une seconde jeter l'éponge.

 

Donc ce matin sous la tente N°42 trois des six colocataires partiront devant

Slim, Éric et moi.

 

Je dois une fois de plus batailler pour enfiler les chaussures, mais je ne vais pas me

plaindre Éric ne semble pas mieux.

 

Je prend le dernier déjeuner avec un certain regret, ces repas avaient un gout d'aventure.

 

Nous partons sur la ligne de départ et  apprenons là que le départ serait retardé, ils recherchent depuis hier matin une concurrente anglaise égarée en plein jour entre

le km 14 et le km 23.

 

 Soit 24h de recherche vaine.

 

Finalement la bonne nouvelle tombe de la bouche même du patron de l'organisation qui très fatigué par ce stress donne le départ des cinquante coureurs.

 

 

MDS-etape-6.jpg

 

Un moment  exceptionnel et inoubliable vécu que par une poignée de participants,

la traversée du camps sous les applaudissements et les encouragements des autres coureurs qui se sont massés de part et d'autre du chemin.

  

Une petite larme coule derrière mes lunettes de soleil que personne ne verra,

un warrior ça ne pleure pas et brusquement le silence du désert.

 

En plaisantant nous imaginons qu'il ne nous reste que 21km ou 42 milles foulées avant

le bonheur, j'attaque le décompte (41 999,41998,41997....)

 

Après une heure de traversée de dunes, le deuxième départ est donné, les premiers

ne mettront que 14 minutes pour nous doubler (même pas vexé) et le reste du peloton s'écoulera aussi rapidement, ils vont me déboiter l'épaule car à chaque passage une petite tape d'encouragement.

 

Oups j'allais oublier 36 402,36 401...

 

Nous traversons le site de M'fis une petite ville minière abandonnée au sol couleur ocre

Ainsi j'arrive en compagnie d'Éric au CP1 ou nous constatons que les bénévoles plient

déja camps,cela prouve à quel point nous sommes les derniers ou presque.

 

27 999,27998......  

 

Nous traversons ensuite le  fameux champ de dunes de Merzouga dont certaines

atteignent 160m de hauteur.

Heureusement le parcours les évite.

                                                                                             mds-0283.jpg 

 

 mds-0248.jpg

 

Le paysage est impressionnant, mais vu de notre coté c'est la galère durant de longues minutes.Enfin l'arrivée, les derniers mètres ne sont que du bonheur, je traine même un peu.

 

7- 6,1/2 - 6 - 5,1/2 - 4 - 3 -2- 1- YES

  

Je viens de terminer mon  MARATHON des SABLES, je franchis la ligne et Patrick Bauer en personne me passe la médaille de finisher autour du cou.

 

je veux lui dire un mot mais je suis submergé par l'émotion, les larmes coulent et aucun son ne sort.

 

 

 

Sitôt finis direction  les bus pour retour à Ouarzazate

 

Après 6h00 de route, l'hotel ou je retrouve la civilisation "LA DOUCHE"

Plusieurs shampoings et tournées de  savonnage sont nécessaire avant que l'eau ne coule plus orange.

Même la lame du rasoir a abdiquée sur cette barbe de plusieurs jours.

Et le lit, Non vous avez raison je dormirai sur le tapis, le sevrage brutal est déconseillé.

 

Demain réveil à heure qu'on veux, le temps est aux souvenirs. 

 

 

 

 

 

Repost 0
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 17:23

Cette nuit grosse baisse de moral, je me rend compte en voulant aller au petit coin

que je ne peux pas poser le pied gauche tant la sensibilité est extrême.

C'est donc à cloche pieds et en un bon quart d'heure que je fais l'aller et retour.

A ce moment j'imagine l'impossibilité de prendre le départ ou de mettre simplement le pied dans la chaussure.

Je n'ai plus sommeil, je passe un long moment assis en tailleur à cogiter en me massant les extrémités espérant les désensibiliser.

 

Et pourtant dès le top de réveil du camp, je prépare le sac, mon petit déjeuner et m'habille.

Tous cela assis en réservant mes forces pour mettre les chaussures et prendre la position debout.

 

Arrive ce moment tant redouté, lacets détendus au maximum je fais plusieurs essais.

Finalement cela ne rentre pas, les pieds sont trop gonflés et les pansements trop gros.

Il va falloir faire de la place, je commence par réduire les pansements et enlever les semelles des chaussures.

 

Amélioration pour la droite, mais pas pour la gauche je découpe donc un trou dans la semelle pour limiter le contact.

 

Le MacGiver du MDS.

 

152-copie-1.JPG

 

La journée s'annonce difficile mais je suis presque au bout, objectif de la

journée passer la barrière horaire du CP3 avant 18h30 et ne pas finir dans

les 50 derniers, car ceux ci auront l'honneur de partir 1heure plus tôt que

les autres concurrents demain matin.

 

La bonne humeur est quand même là, nous tournons nos petits bobos en dérision.

 

 

les-daltons.jpg

 

 

                        171---Copie.JPG

 

Très vite après le départ je suis avec Ramzi dans les trainards du peloton suivis de

très près des chameaux balais.

Mettre un pas devant l'autre et surtout ne pas s'immobiliser car à froid les douleurs

semblent décuplées, c'est ainsi de suite que je passe le CP1 et arrive au CP2 sous

une chaleur que je supporte de mieux en mieux.

MDS-etape5a.jpg

   

Il est 14h45, le CP3 est à 12km. Un rapide calcul et je me rend compte que je serais

hors délai à ce prochain rendez vous de 18h30, sauf si je repars de suite en forçant 

sur les foulées.

 

 MDS-etape-5-copie-1.jpg

 

 

C'est à ce moment qu'arrive Éric, il souffre d'un mauvais appui au talon et décide de s'arrêter chez les Doc pour réclamer quelques compresses.

 

Quelques mots sur notre éventuelle mise hors délai et je repars devant à donf. 

 

Facile à dire mais je me traine, je me fais violence, je me répète sans cesse que je dois passer cet obstacle. 

En chemin je rattrape certains concurrents et avec eux j'atteins le CP3 une heure avant l'élimination, je suis vraiment surpris de cette avance relative vu que je marche au ralenti. 

 

Un ravitaillement rapide toujours en mouvement pour garder la souplesse des pieds et ne voyant pas arriver Éric, je repars.

 

Il reste 6km, je voudrais arriver avant la nuit car tous devient plus difficile dans le noir. Progressant très lentement je croise au détour d'une dune un couple en tenue

de soirée qui se promènent, ils sont propres et sentent bon (eux).

Ca y est allez vous dires, il est à bout, il voit des mirages. Je vous rassure de suite se

sont les invités exceptionnels (familles, amis ou sponsors) venues sur les deux dernières épreuves pour soutenir les coureurs.

 

Enfin, c'est au crépuscule à la lumière de ce laser vert que je franchis la ligne accueilli par

un gentil commissaire qui me glisse que j'ai la chance de faire partie des cinquante derniers donc demain départ une heure plus tôt.

 

Tu parles d'une chance!

 

Pour agrandir la vidéo cliquer sur  le petit rectangle en bas à droite

 

Une question en suspend Éric a t'il passé la barrière horaire?

  

Un passage à la tente, un petit repas et toujours sans avoir ôtez les chaussures qui sont greffées aux pieds, direction le clinique.

C'est là que j'ai la joie de retrouver Éric toujours en course, mais mal en point aussi au niveau des pieds.

 

J'ai encore en tête le souvenir de ce doc qui écartait sans ménagement les orteils et moi qui me mordais la main pour ne pas crier le tout sous les sourires d'éric qui observait la scène.

 

Demain dernier jour 21km, plus rien ne pourra m'arrèter.

 

Vous êtes nombreux à visiter le blog, votre avis m'intérresse, merci de déposer un petit commentaire.                                                                                                                                              

                                                                                                                         

                                                                                                                             webmaster fleches020bICI.                                       

 

 

 

 

Repost 0
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 22:04

Ce matin, effervescence sur le camp dès les premières lueurs de l'aube, en effet

aujourd'hui  le départ de l'épreuve non stop de 82km est avancé à 8H00 au lieu

de 9H habituellement.

 

Nous allons pour la majeure partie des concurrents passer la nuit dans les dunes,

alors là chacun y va de sa stratégie.

 

Pour moi se sera non stop étant donné ma résistance au sommeil largement éprouvée

sur mes derniers grands raids.

 

Seulement il y a un paramètre qui pourrait faire changer la donne, l'Ampoule plantaire.

Comment va t'elle évoluer?

 

Donc après s'être fait viré de la tente par les déménageurs locaux, un petit dèj rapide,

Nous nous dirigeons d'un pas allègre (boitant) vers la ligne de départ.

 

          110

 

 

                              115 - Copie

 

             167

  

Un départ en musique comme à chaque fois nous met le coeur à l'ouvrage et il me

faut quelques centaines de mètres pour gérer et supporter le mal aux pieds. 

 

1er Partie du parcours

 

 

  MDS-etape-4a.jpg

 

 

Comme le montre le schéma jusqu'au CP1 tous droit et caillouteux ensuite dès

le départ de ce dernier du sable, ce que j'appréhendais dans ma préparation

d'avant course va s'avérer être un paradis pour mes petons, là les appuis sont

presque supportables.

 

La chaleur sur ce tronçon s'élève très vite et je bois plus fréquemment, contrairement aux précédents CP des autres épreuves celui ci est masqué par une barrière rocheuse ce qui ne permet pas de le localiser et  je commence émettre des doutes sur ma réserves d'eau.

 

Je suis inquiet, il ne me reste que 300ml de boisson énergétique, plus d'eau nature, je commence à ressentir un léger malaise.

Est ce la saturation en saveur sucrée, ou un début d'hypoglycémie?

Et toujours pas ce CP en vue, j'espace légèrement mes absorptions de liquide mais la sensation de pas bien augmente sérieusement.

Enfin le voila, Waouh, impressionnant sous les tentes des gars perfusés et d'autres blafards.J'y aperçois Slim,

Il est allongé sur le coté, il récupère, ouf je suis soulagé il va reprendre la course.

Quand à moi, je décide de poser le sac et de me réhydrater lentement à l'ombre du bivouac.

Au bout de trois quart d'heure, je repars en bonne forme et plus aucune sensation de nausées, reste toujours un redémarrage très difficile, les pieds souffrent

 

2 ème Partie du parcours.

 

 MDS étape 4b-copie-1

 

Le départ du CP2 nous fait traverser un lac asséché de 4km, là la température commence à baisser l'après midi est bien avancé.

 

L'accès au CP3 nous fera passé au travers d'une gorge verdoyante ou un village est implanté, ensuite cailloux, cailloux et encore cailloux et bien-sur cela n'arrange pas les pieds.

 

CP3, je décide de casser la croute, allez un petit Taboulé orientale.

Je coupe une bouteille d'eau, y jette mes180gr de semoule lyophilisé et un peu d'eau.

Attente 15mn et c'est assis en tailleur que je déguste ma préparation culinaire.

Quelques mots échangés(en français)  avec une concurrente anglaise qui souffre

d'une belle allergie aux jambes dû au soleil et déjà je repars.

 

La nuit commence à tomber  sur le chemin du CP4 ou un second plat (purée/jambon) sera consommé froid.

J'ai trop mal au pied pour prendre le temps de faire chauffer la gamelle.

Du CP4 au CP5 alternance de dunes et terrain caillouteux, encore une fois le choix de la lampe frontale est un échec pourtant j'y ai mis le prix.

 

Lumière diffuse et manque de discernement des reliefs, d'ou plusieurs gadins sans gravité. 

 

En chemin, j'aborde Albert et je rencontre là un personnage étonnant, il a 67 ans et effectue son 6 ème MDS.

L'on retrace l'un et l'autre nos expériences tous en faisant un bout de chemin ensemble.

 

Vous ne lui direz pas, je profitais aussi de l'éclairage de sa lampe frontale.

 

3ème Partie du parcours.

 

MDS-etape-4c.jpg

 

CP5 à CP6 de la dune à GOGO, là toujours avec Albert nous traçons notre chemin  facilité par le rayon laser de couleur Vert qui situe le dernier contrôle.

Impressionnant quand l'on sait qu'il a une portée supérieur à 15km.

Un seul objectif la base de ce rayon qui devait signifier le ravitaillement en eau.

 

Une anecdote:

Tous en marchant côte à côte avec Albert, je suis percuté par un coureur qui me dépasse,

surpris et interloqué je pouffe de rire car le désert est grand et il avait quand même la place.

 

Je suis rattrapé par Sébastien ayant pris un peu de repos aux relais précédents, Albert me persuade de suivre mon coéquipier de tente et nous arrivons ensemble au CP6.

 

C'est décidé je vais faire une sieste d'une heure, je préviens une doc pour le réveil et je pars m'allonger sous une toile.

Sébastien fais quelques étirements et repart très vite, pour moi je suis torturé entre le choix d'enlever ou pas mes chaussures, Je sens mon coeur battre à l'intérieur et je déguste.

Finalement par crainte de ne plus pouvoir les remettre je renonce.

 

Impossible de m'assoupir tant la douleur est vive et en plus un vent glacé c'est levé, donc à peine 45 mn de pose avant de repartir en boitant de plus en plus.

 

La fin du parcours sera looooooongue et c'est au levée du jour en 21h43mn que je franchis la ligne.

 

Un passage à la tente ou je retrouve Sébastien, je reprend le chemin de la clinique pour soigner mon ampoule.

Il y a foule, une heure d'attente malgré les multiples postes de soins.

 

Je tire mon chapeau aux bénévoles chargé de réguler ce flux de blesser avec certains grincheux ou mal léché.

 

Pour moi attendre les soins étaient signe de soulagement, enlever la chaussure de gauche m'a pris 5 bonnes minutes car tout était collé à l'intérieur ensuite grand lavage à la Bétadine et mise en sac des pieds.

je suis accueilli par un gars très sympa qui ne peut que constater les dégâts, il va faire de son mieux.

C'est donc avec de beaux pansements que je quitte la tente des DOC.

Et là commence l'enfer je j'arrive plus à poser le pied au sol, j'avance 20cm par 20cm quand je ne perd pas mes patins.

Ma couchette est quand même à + de 200m, je fait dix pas j'arrête deux minutes ainsi de suite Galère.

Une chose un peu rassurante, celui qui me suit ne me rattrape pas et celui devant est arrêté.

Le film de ce récit 

 

 

je passerais le restant de la journée couché impossible de me lever, l'inquiétude gagne pour demain les 42km à faire.

 

Seul la satisfaction de voir arriver les collègues de chambrée dans les temps et pas d'abandon SUPER.

  

Vous êtes nombreux à visiter le blog, votre avis m'intérresse, merci de déposer un petit commentaire.                                                                                                                                              

                                                                                                                         

                                                                                                                             webmaster fleches020bICI.                                       

 

 

 

 

Repost 0
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 18:24

Troisième jours et le menu d'aujourd'hui est de 40 Kilomètres, Une montée en puissance progressive qui permet une adaptation aux conditions de course

 

Dès le réveil préparation des pieds en rajoutant quelques strapps afin de protéger

les derniers orteils intacts, autour de moi sous ta toile chacun fait de même.

 

Mettre mes chaussures commence aussi à être une épreuve douloureuse tant

les extrémités sont sensibles.

 

Au départ toujours la même ferveur, je suis heureux d'être encore là et surtout motivé

à bloc.

 

Plan du parcours

 

 MDS-25-etape-3.jpg

 

 

Première partie, longue ligne droite sur terrain plat puis une petite ascension avant

le CP1, j'ai la sensation de facilité en grimpant certainement mes expériences

montagnardes.

 

089 - Copie 

Plusieurs kilomètres avant le CP2, je commence à ressentir sous l'avant du pied

gauche un contact douloureux.

 

Je connais cette sensation, celle de la naissance d'une ampoule profonde sous

la corne et je n'ai fait que la moitié du chemin "la tuile"

 

Le CP2 est la porte d'accès à un lac asséché, impressionnant d'imaginer qu'à

cet endroit il y avait de l'eau.

 

Le sol, un vrai billard aussi loin que porte le regard sur 360°, ici rien que ces ondes

de chaleur qui délimitent un horizon flou mais pas de mirage.

 

Nous en croisons un groupe des dromadaires, appartiennent ils à quelqu'un?

 

La suite jusqu'à l'arrivée sera de plus en plus difficile, car à chaques appuis sur mon pied gauche, je sens l'ampoule qui s'agrandie.

 

(En jaune clair) 

 

 140.JPG

 

Il me reste à ce moment 165km en trois étapes, plus question de temps ou de moyenne,

un seul objectif me présenter chaque matin sur la ligne de départ et terminer au mieux

sans trop aggraver les blessures.

 

 

Demain 82km en Non Stop avec une nuit dans les dunes et une barrière horaire

au CP4 à 1h00 du matin. 

 

Vous êtes nombreux à visiter le blog, votre avis m'intérresse, merci de déposer un petit commentaire.                                                                                                                                              

                                                                                                                         

                                                                                                                             webmaster fleches020bICI.                                       

 

 

 

 

 
Repost 0
25 avril 2010 7 25 /04 /avril /2010 13:00

Nous y sommes, Aujourd'hui la course commence par une mise en jambe de 30km.

 

Un petit coup d'oeil sur le déroulement d'une journée type excepté la Non Stop.

 

• 06H00 à 07H00
- Démontage bivouac par l'armada de locaux qui en quelques minutes déposent

  les tentes et plient les tapis.

- Petit-déjeuner autosuffisance alimentaire.

- Préparation de l'épreuve.
• 06H30 à 07H30
- Distribution de l’eau minérale au centre du camp (poste de contrôle obligatoire),
  eau à gérer précieusement jusqu'au CP1
• Entre 08H30 et 09H00
: Départ d’étape (sauf étape 82,2 km)
• A chaque poste de contrôle :
- Distribution d'eau (différente suivant les étapes)
- Pointage de la carte de contrôle
- Vérification de votre condition physique par le team médical et soins si nécessaire.
• Arrivée d'étape / Soir :

 - La petite tasse de thé Sultan et une seule.

 - Distribution de 4,5 l d’eau minérale. 

 - Soins des BOBOS soit seule ou à la clinique si plus de dégâts.

 - Dîner autosuffisance alimentaire.

 - Une petite toilette (dépoussiérage)

 - Dodo.

 

Quelle joie, je suis acclamé, que dis je ovationné par tous ces coureurs qui au pied

du Podium applaudissent ma performance et oui contre toutes attentes je termine

premier de ce Marathon des Sables.

 

L'on s'apprête à me passer la médaille autour du cou, Quand ?????

 

Une horde de fou furieux me réveille en déposant la tente au sol et me laissant avec

la dure réalité de ce matin frais.

 

Là pas le temps de trainer et malgré la préparation du sac la veille un ultime

auto contrôle me rassure.

 

Petit déjeuner Muesli maison à l'eau froide dans une bouteille plastique coupée pour l'occasion,  récupération de la réserve d'eau obligatoire (3,5L), cela portera le poids

du sac à 12,5KG.

 

033 - Copie

 

Le temps passe vite déjà le rassemblement sur l'aire de départ.

 

L'ambiance est fébrile lors du défriefing, mais se détend dès que les hauts parleurs

lâchent l'hymne de l'épreuve. L'on peut voir des groupes multicolores danser. 

 

035.JPG

 

036.JPG

 

C'est parti, des cris, des encouragements fusent. C'est décidé, j'aborde ce premier

tronçon avec prudence, car je n'ai aucune idée de ma réaction à la chaleur ou autres composantes terrain.

 

Un truc à vivre et ultra excitant est le survol des coureurs par l'hélicoptère qui remonte à très basse altitude plusieurs fois le cortège sous des angles différents.

 

Imaginez, la scène d'hélicoptère d'Apocalypse Now, Le bruit des Pales, l'ombre au sol, il ne manquait que la musique à fond. Je vais soumettre cette idée à l'organisation.

 

Carte du parcours.

 

 MDS_25_etap_1z.jpg

 

 

 

 Les premiers sont déjà loin et c'est au milieu des coureurs en file indienne que

 je progresse  en marchant, la température monte et l'on sent chacun très concentré

 sur son objectif personnel.

 

 Entre plaines de cailloux (ils les cultivent à coup sur) dunettes et autres herbes à

 chameaux, J'utilise sans compter ma nouvelle caméra fixé au bout d'un bâton.

 

Cliquer sur le rectangle "Pleine écran " dans la Vidéo Dailymotion pour agrandir

 

 


MDS 2010 étape 1
envoyé par millepattes77 

 

 Je finis cette course plutôt en bonne forme avec un besoin de reposer mes épaules

 qui ne supportent plus le poids du sac, pas d'ampoules à ce moment.

 

 Au menu du soir Taboulé, purée jambon, gâteau de riz Lyophilisé.

 

 Et comme un grand nombre de concurrents J'attendrai la tombé de la nuit pour 

à l'écart  du camps me faire un petit coup de dépoussiérage.

 

 Demain un cran de plus soit 35km.

 

Repost 0
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 23:15

Coucou me revoilou, après quelques jours de récupération pour digérer cette masse d'émotions qu'est le Marathon des sables  il me revient l'envie de vous raconter simplement mon aventure.

 

Je ne ferai pas de longs articles, ils seront plutôt ponctués de petits  films ou photos qui vaudront tous les discours.

 

Donc après un départ matinal d'Orly sud, trois heures d'avion jusqu'à Ouarzazate (Maroc), nous embarquons dans un convoi de bus pour nous rendre à 350km droit

dans le désert.

 

Sur le parcours quelques arrêts pipi, là deux groupes les dames toutes sur le coté

gauche de la route et le reste (nous) à droite.

 

Nous traversons de petites villes qui m'étonnent par la beauté de leurs bâtisses

revêtues de terre séché et la propreté des lieux, des oasis de verdure jaillissent

de ci de là.

 

C'est après cinq heures de route que les cars s'immobilisent  au milieu de nul part.

 

D'ici un manège de camions militaires emmène dans un nuage de poussières les coureurs vers de bivouac que l'on peu apercevoir à plus d'un kilomètre.

 

Le décor est planté et une certaine excitation commence à pointer.

 

PLAN DU BIVOUAC

 

Bivouac

 

 

 

Premier challenge à la descente des véhicules trouver et s'installer sous une tente,

les plus expérimentés ont déjà réservé les toiles et j'en comprendrai plus tard l'intérêt.

 

Finalement la N°42 ou se trouve mes futurs co-équipiés d'aventure nous tend le tapis.

 

Voici donc mes colocataires SLIM, Stéphane, Éric, Sébastien, Ramzi et votre serviteur.

 

SLIM a déjà une expérience de cette épreuve et nous autres trimbalons nos  bonnes

têtes de vainqueurs.

 

Une chance nous ne serons pas les uns sur les autres  six au lieu de huit sous le bivouac.

 

La journée du vendredi se finira par la cantine ou un repas copieux nous sera servi.

Première nuit, difficile de trouver le sommeil sur les tapis à même le sol dans nos couchages.

 

Réveil du samedi laborieux, mais déjà il faut se préparer pour le contrôle technique de l'équipement, tous se passera bien matériel et alimentation OK, c'est à ce moment que l'on laissera nos valises et nos derniers liens avec le confort.

 

Le reste de la journée sera dédiée à la farniente, aux promenades à proximité du camp et aux préparatifs de la course de demain.


Premiers jours au Bivouac du 25ème MSD 2010
envoyé par millepattes77. -  

 

Le dernier repas du samedi soir fourni par l'organisation se prendra sous une petite tempête de sables, nous serons obliger au retour à notre bivouac de coucher un pan de la tente pour limiter la pénétration du vent chargé de sables et enfin dormir ou essayer.

 

DEMAIN LE GRAND JOUR.

 

 

 

 

 

Repost 0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 21:46

Passer du rève à la réalité est chose faite en finissant mon premier Sultan Marathon des sables.

 

    033---Copie.JPG            089---Copie.JPG

 

                                             115---Copie.JPG

 

 

QUE cette 25eme édition était belle, elle a tenu toutes ses promesses tant sur la qualité de l'organisation que sur le degré de difficulté, J'ai souffert mes ami(e)s.

Passant de l'émerveillement dans ces paysages grandioses aux doutes quand faire chaque pas était douloureux tant les pieds était abimés.

 

144.JPG

 

Un immense merci pour vos mails d'encouragements que je recevais le soir au bivouac, ils étaient le baume revitalisant des bobos de tous les jours.

 

Un peu de repos  réparateur avant de préparer le résumé de la course et surtout les petites vidéos.

 

Au fait, j'ai fini à la 725eme place sur 1013 partants et 923 finishers

temps passé sur les pistes 58h00mn 33s.

 

Je suis hyper fier d'avoir terminé cette course mythique comme mes 5 autres amis de bivouac avec qui j'ai passé des moments inoubliables.

 

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de millepattes77
  • Le blog de millepattes77
  • : N'est il pas meilleure façon de découvrir le monde que de le parcourir à pieds. N'est il pas meilleur moyen de se connaître que de puisez dans ses limites.
  • Contact

Visites

 
free counters



Un petit message ou un commentaire me recompenserait du plaisir que j'ai de vous faire partager mes aventures

 

Recherche

Pages